Dieu et la famille

Homélie de la fête de la Sainte Famille – dimanche 29 décembre 2019 – par le père Nathanaël

« Dieu et la famille »

Dieu a voulu naître dans une famille humaine

Aujourd’hui nous sommes invités à contempler cette scène de l’enfant Jésus entouré de son papa et de sa maman. Dieu a voulu vivre cette expérience ordinaire et magnifique d’être reçu dans un foyer humain, d’être accueilli, élevé par un père et une mère. Expérience ordinaire et en même temps, Dieu sait combien cette expérience a pu manquer et manque encore à un certain nombres de personnes qui n’ont pas eu la chance de naître dans un foyer aimant, de connaître leur père et leur mère. En s’incarnant et en naissant dans le foyer de Joseph et Marie, Dieu révèle la beauté toute simple de cette cellule de base qu’est la famille : 1 père, 1 mère, 1 enfant. En contemplant cette sainte famille on contemple aussi le projet originel de Dieu pour l’homme et la femme qui sont invités à ne faire plus qu’un dans l’amour et la fidélité et dont l’union est donatrice de vie. Et en même temps on sait bien que cette sainte famille est toute a fait singulière puisque cet enfant qui vient de naître n’est pas le fruit de l’union de Joseph et Marie mais a été conçu du saint Esprit dans le sein virginal de Marie. Jésus est le Fils de Dieu, Engendré du Père avant tous les siècles, le Verbe de Dieu qui s’est fait chair et qui de Marie a pris l’humanité. Joseph n’est pas à l’origine de la venue au monde de Jésus. Il est son père adoptif, celui qui va l’éduquer et le faire grandir dans sa vie d’homme, mais son véritable Père il est aux cieux comme Jésus le révèlera à douze ans déjà à ses parents qu’ils le cherchent depuis 3 jours et qui le retrouvent au temple de Jérusalem au milieu des docteurs de la loi. « Ne saviez-vous pas que je dois être aux affaires de mon père ».

            Cette sainte famille est singulière et en même temps il y a en elle quelque chose de très simple et de très ordinaire. On peut imaginer la vie quotidienne à Nazareth. Jésus qui apprend de ses parents à être un homme, qui se construit par l’amour de ses parents, qui apprend un métier de son père. On peut imaginer le travail quotidien de Marie et Joseph, les repas, les jeux, les temps de prière, les visites, le partage avec les villageois de Nazareth, les événements de la famille élargie, les fêtes, les rassemblements à la synagogue. Une famille toute simple à la vie très ordinaire. Une famille éprouvée aussi et cela dès la venue de Jésus… La fuite en Egypte à cause de la folie d’Hérode. Joseph, Marie, Jésus… une famille de migrants qui débarquent en Egypte car ils ont fui leurs pays. Ont-ils été bien accueilli ? on ne le sait pas… Quoiqu’il en soit ils n’ont pas eu une vie facile ou confortable. La réalité de la sainte famille est sans doute éloignée des représentations gentillettes qu’on peut en avoir… Dieu a voulu naître dans une famille humaine et par là il nous en révèle toute la beauté.

Dieu s’intéresse à la vie de famille

La parole de Dieu vient nous rejoindre dans nos rapports familiaux. On connait bien le 4ème commandement du décalogue : « Tu honoreras ton père et ta mère ». Ce commandement est repris et développé dans le livre de Ben Sirac le sage qu’on a entendu en première lecture. On y trouve aussi d’autres exhortations qui touche au concret des relations familiales. Ca nous montre que Dieu s’intéresse à la vie de famille et attend une attitude particulière de celui qui met sa foi en lui. Le fait de croire en Dieu doit influencer nos comportements en famille. « Celui qui honore son père obtient le pardon de ses péchés, celui qui glorifie sa mère est comme celui qui amasse un trésor. Celui qui honore son père aura de la joie dans ses enfants, etc. Mon fils, soutiens ton père dans sa vieillesse, ne le chagrine pas. Même si son esprit l’abandonne sois indulgent ». Voyez Dieu s’intéresse au concret de la vie familiale et il y a un lien entre notre rapport à Dieu et notre rapport à nos parents. En même temps on sait bien qu’il y a des histoires familiales très douloureuses et que les relations parents-enfants sont parfois très abîmées. Comment honorer son père et sa mère lorsqu’on a été blessé, rejeté, abandonné… ? Pour certains cette invitation à honorer ses parents est peut-être insupportable à entendre. Si c’est la cas remettez au Seigneur ces relations blessées et demandez au Seigneur la grâce de pouvoir bénir et pardonner même si cela vous parait impossible.

Saint Paul dans la deuxième lecture exhorte aussi les foyers chrétiens à vivre dans l’amour : « femmes soyez soumises à vos maris », c’est difficile à recevoir aujourd’hui tellement ce mot de soumission est dévoyé. Mais dans la tête de saint Paul le modèle de cette soumission c’est le rapport de l’Eglise au Christ. Le Christ a aimé l’Eglise et s’est livré tout entier pour elle. On peut se soumettre à quelqu’un si ce quelqu’un est celui qui vous donne sa vie par amour ; C’est pour cela que saint Paul continue avec la réciproque pour les hommes : « et vous les hommes, aimez vos femmes ne soyez pas désagréables avec elles ». Et puis il y a cette invitation pour les enfants à obéir à leurs parents… vaste sujet… et ce conseil très sage : « et vous les parents, n’exaspérez pas vos enfants ; vous risqueriez de les décourager ». Dieu s’intéresse aux relations familiales concrètes. J’encourage les familles à relire ensemble ce texte de saint Paul aujourd’hui ou dans la semaine. Ca peut susciter de beaux échanges sur la place de chacun, sur ce que le fait d’être chrétien change concrètement dans les relations familiales. Donc Dieu s’intéresse à la vie de famille.

Dieu veut rassembler l’humanité en une seule et même famille : l’Eglise

 

Certains parmi nous ont la chance de vivre dans une famille et d’autres non. On sait combien cela est douloureux pour ceux qui se retrouvent seuls, pour ceux qui ont perdus les membres de leur famille, pour ceux qui aimeraient fonder une famille mais ne le peuvent pas, pour ceux dont les familles sont déchirées… Pour certains la famille c’est une grande joie et pour d’autres c’est cause de souffrance. La Bonne Nouvelle frères et sœurs, c’est que quelques soient nos familles charnelles nous sommes de la famille de Dieu depuis le jour de notre baptême. Et tous ceux qui se préparent au baptême parmi nous sont sur ce chemin pour entrer pleinement dans la famille même si évidemment ils sont déjà unis à nous. Le grand projet de Dieu pour le monde c’est de rassembler tous ces enfants dispersés dans une seule et même famille et cette famille c’est l’Eglise. Le Père a envoyé son Fils dans le monde et il a fait de ce Fils l’aîné d’une multitude de frères et de sœurs. Vous savez quand dans l’évangile on essaie de ramener Jésus à sa famille charnelle, il pose cette question : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? » Et puis, il étend la main vers ses disciples et dit : « Voici ma mère et mes frères. Car celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » Jésus est venu inaugurer une nouvelle famille sur la terre. Tous ceux qui mettent leur foi en Lui, qui font la volonté du Père, sont membres de la famille de Jésus, ils sont ses frères et sœurs. L’Eglise est une grande famille où chacun doit trouver sa place. Le désir de Dieu c’est que toute l’humanité y entre et nous croyons qu’au ciel l’Eglise rassemblera toute l’humanité. Ce sera la véritable sainte famille ! Elle est en construction sur la terre et elle sera pleinement achevée au ciel. Ici comme dans chaque paroisse du monde nous sommes une petite cellule de cette grande famille et le Seigneur attend de nous que nous nous comportions entre nous comme des frères et des sœurs, que nous sachions nous accueillir les uns les autres, nous regarder les uns les autres comme des frères et des sœurs. Ce n’est pas toujours facile, parfois on se blesse les uns les autres, on ne se comprend pas, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut baisser les bras. C’est là que le Seigneur nous attend. Cette invitation de saint Paul que l’on a entendu elle est à vivre dans nos familles charnelles mais elle est surtout à vivre dans notre famille qu’est l’Eglise, et en particulier la paroisse : « Frères, puisque vous avez été choisis par Dieu, que vous êtes sanctifiés, aimés par lui, revêtez-vous de tendresse et de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur et de patience. Supportez-vous les uns les autres, et pardonnez-vous mutuellement si vous avez des reproches à vous faire. Le Seigneur vous a pardonné : faites de même ». Voilà Dieu nous donne une famille, l’Eglise et dans cette famille il nous appelle à vivre concrètement l’amour.

Seigneur, par l’intercession de la sainte famille, nous te confions nos familles charnelles, les parents qui nous ont donné la vie, nos frères et sœurs, nos enfants peut-être. Nous te présentons toutes ces relations, particulièrement celles qui sont blessées. Nous te présentons aussi notre église, la communauté chrétienne dans laquelle tu nous fait grandir. Donne nous la grâce de mettre en pratique ta parole. Renouvelle nous dans l’amour à l’exemple de la sainte famille. Amen

 

20 septembre 2020

Homélie du dimanche 20 septembre 2020 - messe de 10h30 - par le Père Charles Rochas.

Des chrétiens pour le monde: vertébrés ou mollusques ? Etre des missionnaires de la charité.

Homélie du dimanche 6 septembre 2020, par le Père Charles Rochas. Petite correction : remplacez invertébrés par vertébrés 😉

Les homélies de l’été

Retrouvez ici les enregistrements audio des homélies de cet été. Toutes ne sont pas forcément enregistrées.

La Gloire de mon Père

La Gloire de mon Père Homélie pour le dimanche 28 juin 2020 par le père Hugues Jeanson Le Christ s’est identifié à l’humanité Il est la vigne, nous les sarments : il n’est pas vigne sans nous et nous ne sommes pas sarment sans lui. Il y a comme une identification...

Comment se tenir devant Dieu ?

Homélie du dimanche 21 juin 2020 - messe de 11h -  par le père Hugues Jeanson« Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. » Question du rapport à Dieu :...

Le Christ ou la vie

Homélie du dimanche 21 juin 2020 - messe de 9h15 - par le père Nathanaël Valdenaire.

La nourriture de l’âme pour aimer

Homélie du dimanche 14 juin 2020 - messe de 11h à l'occasion des Premières Communions des enfants de la Paroisse - par le père Nathanaël VALDENAIRE

La Trinité et moi

Homélie du dimanche 7 juin 2020 - messe de 9h15, par le père Hugues Jeanson La Trinité, circulation d’amour « Tendre et miséricordieux » Immense respect, attention, soin porté à l’autre; de tous envers tous ! Don de soi aux autres : je ne vis pas pour moi mais pour...

Pourquoi et comment demander l’Esprit Saint ?

Homélie du dimanche de la Pentecôte 2020, par le père Hugues JEANSON Pourquoi demander l’Esprit L’image du feu Chaleur : réconfort dans le froid; convivialité Lumière : voir dans l’obscurité Cuire : Donne de l’énergie, ce n’est pas un feu qui détruit donc pas de peur...

Si quelqu’un a soif qu’il vienne à moi et qu’il boive !

Homélie de la Vigile de Pentecôte - samedi 30 mai 2020 - par le père Nathanaël Valdenaire
Share This