Le vrai bonheur

Retrouvez l’homélie du dimanche 17 février 2019 (messe de 10h30 et 19h), par le père Hugues.

“Le vrai bonheur”


En quoi consiste le bonheur? comment l’atteindre? Comment être heureux maintenant?

L’homme est un être de relation, malheur à celui qui ne compte que sur lui, le don est le vrai chemin du bonheur.

 

L’homme est un être de relations

Quelle est ma relations aux biens matériel? Quelle est ma relation à la nourriture? Quelle est ma relation à l’affectivité? Quelle est ma relation avec ma réputation, avec mon statt social?

Jésus Christ ne condamne pas celui qui a des richesses, des amis, de quoi manger…il n’y a pas de culpabilité à avoir des biens…mon on peut prendre…

Le mauvais chemin

“Malheur à vous les riches, a vous qui riez, à vous qui êtes repus…”

Mettre sa confiance dans ses biens

Vous pouvez être riche de biens matériels, de nourriture, de biens affectifs, de biens sociaux et relationnels.

Jésus Christ condamne la relation que l’on peut entretenir avec le bien que l’on a.  “Je suis heureux par ce que j’ai…parce que je possède”.

l’avoir supplante l’être.

Mettre sa confiance en soi

“Je suis content de moi et je mérite!” tout m’est dû.

“celui qui pense que quelque chose lui est dû, celui là n’espère pas, il réclame” (Lubac, 228)

Dieu ne regarde pas l’apparence, il regarde l’intérieur, le cœur.

Vous n’entrerez pas au ciel parce que vous avez réussi dans la vie! Parce que vous avez conduit une belle carrière professionnelle, parce que vous avez une propriété, par ce que vous avez beaucoup d’amis …

Vous entrerez au ciel les mains vides et Dieu regardera son image en vous: la verra t’il?

 

Apprendre à recevoir

“qu’as tu que je n’ai reçu?” (Saint Paul)

vous devez apprendre au moins 3 choses:

Que tout est don!

Je suis un être donné à soi-même. Dieu m’a donné la vie, Dieu m’a donné tout ce que je possède, et Dieu me donne le salut.

Le riche, le comblé, l’heureux, le connu risque d’oublier qu’il a d’abord reçu, que tout est don;

Ainsi pour Jésus mieux vaut être pauvre que riche – “heureux les pauvres” – affamé que repus, car celui qui n’a pas et qui ne peut pas a plus de chance de se tourner vers les autres et vers Dieu pour recevoir.

Un don se reçoit, un dû se réclame.

A dépendre des autres, de Dieu

Le matérialisme et l’individualise sont deux formes de l’égoïsme et consistent à vivre sans devoir dépendre des autres.

La maîtrise et la sécurité isolent des autres; je me débrouille tout seul et je n’ai pas besoin des autres. Ainsi je me coupe des autres.

Etre pauvre c’est devoir et savoir compter sur les autres. 

Apprendre à demander un service, apprendre à demander une grâce: l’attendre et la recevoir avec et dans la gratitude.

A vivre pour les autres

Apprendre à recevoir apprend à donner. si je reçois, je donne. Si je reçois gratuitement, sans réclamer, alors je donne gratuitement, sans attendre en retour.

Etre fils c’est se recevoir d’un autre que soi, le Père. Jésus est fils et vit en fils parce qu’il attend et reçoit, et se reçoit du Père. Le Père donne, le fils reçoit et à son tour donne.

deux engagements:

  • Exprimer un besoin à Dieu dans un lieu où je ne demande jamais rien à Dieu
  • Exprimer un besoin vis-à-vis d’une personne de mon entourage: “je dépends des autres”.

 

La vie du Christ est une vie de pauvre, c’est à dire d’une personne qui attend tout de Dieu et des autres. il se situe de manière “pauvre”, en dépendance vis à vis de son Père, de ses disciples et de moi. Aujourd’hui, maintenant, je dois apprendre la pauvreté, je dois apprendre à vivre en dépendance de Dieu et des autres.

J’ai peut être de grands biens et je rends grâce à Dieu pour tous ces biens, je suis dans la gratitude pour chacun d’eux.

Peut être que je me sais pauvre dans certains domaines, peut être que je me sens isolé; Dieu me dit que je suis heureux dans cette situation maintenant, et je lui demande de me montrer ce chemin de bonheur que je ne comprend pas; et je lui rends grâce d’être obligé de dépendre des autres ici.

Je veux aussi apprendre à donner gratuitement. Donner de mon argent, de mes biens, de mon temps. Donner aux autres qui en ont besoin et qui demandent un service, donner à Dieu qui est  lui aussi pauvre, en attente de reconnaissance et d’amour.