L’humilité

Homélie du dimanche 1er septembre 2019, par le père Hugues

Bien commencer l’année avec la vertu de l’humilité. Jésus ici donne une leçon de vie spirituelle. Pour ne pas tomber dans le pharisaisme, dans l’orgueil de celui qui croit savoir et qui ne se met pas à l’écoute de la Parole de Dieu.

« Grande est la puissance du Seigneur, et les humbles lui rendent gloire »

Dieu vous invite gracieusement à son festin

Être invité sans aucun droit,

le salut vient de Dieu seulement. J’arriverai au ciel les mains vides. « qui s’élève sera abaissé » : l’élévation, la sainteté vient de Dieu, est donnée par Dieu. Et elle est donnée gratuitement.

Je cherche à être quelqu’un, à faire quelque chose de ma vie, à être respecté comme je suis et pour ce que je suis et fais; c’est très bien. Mais attention de ne pas le faire sans Dieu : devenir grand à l’école de Dieu, voilà la vraie élévation; s’élever de la grandeur de Dieu, voilà la vraie élévation. Et celle ci produit des fruits de justice, de paix, de miséricorde et de pardon dans vos vies.

Être invité comme un pauvre que je suis

Ex Amélie Nothomb : « quelle condescendance ! »; elle le dirait aussi en entendant cette invitation de Jésus à inviter des pauvres à sa table. Comme si moi qui invite je me plaçais au dessus de ces « pauvres ». Bien sur il ne l’agit pas de se considérer supérieur aux « pauvres » mais d’expérimenter la gratuité du don de Dieu. Comme si Jésus vous disait : « ah tu veux être humble, et bien commence par organiser un diner avec des personnes qui ne te le rendront jamais, avec des personnes que tu as du mal à supporter, etc.

Car celui qui m’invite à un repas que je ne pourrai jamais rendre c’est le Père aux noces de son Fils, ie à l’Eucharistie, à la messe. Repas où la nourriture est pour vos ames, cette nourriture est le corps du Christ fils de Dieu, autant dire qu’effectivement vous ne pourrez jamais rendre le moindre centime de la valeur d’un tel repas. Nous sommes ces pauvres que Dieu invite GRATUITEMENT. Dieu se fait une joie de nous accueillir. Et cela n’a rien de condescendant. C’est un sacrifice d’amour.

Oui je suis pauvre et j’ai besoin de Dieu :

là commence l’humilité. Ex Amélie Nothomb pour qui la parole du Christ sur la croix « père pardonne leur ils ne savent pas ce qu’ils font » est d’une immense condescendance. Comme si le « j’ai soif » disait la pauvreté du Christ mais que l’autre disait notre pauvreté à nous. Au fond c’est nous qui avons soif, c’est l’homme qui a besoin de Dieu et non l’inverse. Votre âme a soif, elle est affamée de la grace, elle est affamée de la nourriture qui vient de Dieu et qui nourrit l’âme. Sans Dieu vous êtes vides et votre existence n’a pas de sens, vous ne savez pas pourquoi vous êtes là et où vous allez.

Accepter donc de dépendre radicalement, vitalement de Dieu !

Sans cela, la grâce divine ne peut pénétrer vos âmes, elle ne peut transformer vos coeurs et vos vies.

La belle prière dite des scouts mais qui vient de St Ignace :

” Apprenez moi à être généreux, à donner sans compter, à combattre sans souci des blessures à me dépenser sans attendre d’autre récompense que celle de savoir que je fais votre sainte volonté”

 

Dieu vous appelle dans une famille de pauvres

Puisque vous avez été choisis par Dieu, que vous êtes sanctifiés, aimés par lui, revêtez-vous de tendresse et de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur et de patience.13 Supportez-vous les uns les autres, et pardonnez-vous mutuellement si vous avez des reproches à vous faire. Le Seigneur vous a pardonnés : faites de même. (Col 3,12)

L’humilité régit les rapports mutuels entre chrétiens, entre ceux qui ont choisi d’être disciple de Jésus.

Elle s’apprend donc et avant tout dans nos rapports mutuels. La véritable fraternité exige l’humilité des frères et soeurs.

Vivre en frère soeur conduit à trois choses :

  1. La re-connaissance de vos points faibles;
  2. L’acceptation de ceux des autres;
  3. La correction par les remarques des autres
  4. La considération de la supériorité des autres par rapport à vous;

Ph2,3-4 : 03 Ne soyez jamais intrigants ni vaniteux, mais ayez assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes.04 Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts ; pensez aussi à ceux des autres.

Être humble consiste non pas à avoir une mauvaise opinion de soi mais à moins penser à soi et davantage aux autres. Admettre honnêtement nos points faibles : si je les vois et reconnais c’est dans un rapport de bienveillance et de miséricorde avec les autres, là où je sais que je ne suis pas jugé. M’appuyant sur la miséricorde de mes frères, je peux être moi même.

L’humble ne se soucie pas de soi parce qu’il se soucie des autres. Et c’est l’esprit de la correction fraternelle : elle ne peut jamais se faire pour régler ses comptes !

 

Comment devenir humble?

Trouvez ou inventez une prière à dire, dans laquelle vous demandez à Dieu de vous élever. Une prière qui pourrait se dire ainsi : que je ne fasse rien sans toi, que je ne fasse que ce que tu veux, que je n’agisse que là où est ta bénédiction…

Inviter une ou des personnes gratuitement : invitez des personnes de votre entourage auxquelles spontanément vous n’auriez pas pensé quelqu’en soit la raison.

 

Dieu vous invite à son festin. Il vous y invite gratuitement, il n’exige rien de vous, aucune qualité ou richesse particulière. Il n’y a pas de droit d’entrée. Le pauvre que vous êtes suffit pour y participer. Et tous nous participants sommes des pauvres invités par Dieu.

Acceptez cette invitation, acceptez de ne pouvoir rendre, acceptez de vous laisser inviter, acceptez de vous laisser faire. Dieu est bon, il vous élèvera. Il fera de vous des personnes profondément heureuse. Que votre vie soit vécue toujours avec l’aide de Dieu.

Ayez la simplicité de répondre à l’appel de Dieu : à votre tour, voulez vous vous aussi inviter non pas vos amis mais des personnes qui n’ont pas de quoi vous rendre ?