Pour une vie belle et féconde

Homélie du dimanche 5 mai 2019, messe de 10h30, par le père Hugues.

“Pour une vie belle et féconde”



Veux tu être mon ami ? Veux-tu me donner ta propre vie ?

L’événement marquant est cette curieuse pêche miraculeuse : les disciples n’ont rien pris et grâce à l’ordre de Jésus, ils remplissent leurs filets. Jésus attire leur attention ! Moi lecteur, mon attention est attirée !

Ainsi, le thème de la présence de Jésus ressuscité dans ma vie aujourd’hui, autrement dit le thème de la présence de Dieu dans ma vie ou comment recevoir de Dieu une vie pleine et féconde ?

3 efforts : écouter Dieu me parler, lui donner le fruit de mon travail, partager un repas avec les autres, l’aimer

  • L’obéissance à la voix

Dieu parle et me parle :

« Jésus leur dit : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? »

  1. Que me dit Dieu ? « aurais tu quelque chose à manger » ! Gardez cette parole cette semaine !

Pour aller plus loin :

  1. Il me fait une demande, à moi pauvre pécheur, simple et humble créature, Dieu en Jésus ressuscité me fait une demande.

« En Jésus ressuscité » pour ne pas m’effrayer !

Dieu me demande quelque chose, Dieu a besoin de moi ! Oui de moi ! Répétez vous cette phrase : « Dieu a besoin de moi ».

Quand ils entendent cela, certains se disent : je suis indigne – culpabilité; d’autres se disent : laisse moi tranquille – péché;

  1. Dieu demande le fruit du travail des disciples.

Réfléchir à donner du fruit de mon travail à Dieu : de l’argent ? Des compétences ? Autres choses ?

Comment ?

à quel moment est ce que j’offre à Dieu le fruit de mon travail ? À la messe : vous offrez le pain et le vin, “fruits du travail des hommes”

  • Le partage du repas

Dieu partage un repas avec moi ou plutôt Dieu partage un repas avec vous, tous ensemble. Le repas est fraternel et communautaire. C’est dans la mesure où vous êtes plusieurs que Dieu organisera un repas et le partagera avec vous. C’est dans la mesure où vous vous reconnaissez frères et soeurs les uns des autres que Dieu vous organisera ce repas. C’est dans la mesure où vivrez concrètement en frères et soeurs que Dieu organisera ce repas. C’est dans la mesure où vous vous accueillez comme des frères et soeurs que le repas trouvera tout son sens et portera du fruit dans votre vie !

Les disciples sont restés ensemble ! Ils sont encore 7 autour de Pierre, alors qu’ils ne sont pas tous pêcheurs !

Dieu est venu pour son Eglise, le rassemblement de ceux et celles qui se reconnaissent frères et soeurs de lui et entre eux. La fraternité chrétienne ne se limite pas à : je suis frère, soeur de Jésus ressuscité; elle est : parce que je suis frère, soeur de Jésus, je suis frère, soeur de tous ceux qui le sont comme moi. Le meilleur moyen : le petit groupe, la fraternité paroissiale.

Je décide de m’enraciner en un lieu, dans une paroisse et de m’y impliquer, de participer concrètement à la vie de la famille.

C’est évidemment une mention de la messe, de l’eucharistie, repas au cours duquel Dieu lui même se donne en nourriture. Il est le maitre du repas et aussi le plat principal.

  • L’aimer pour une amitié

Jésus pose trois questions à Pierre, « m’aimes tu ? »

Question simple que Jésus vous pose à vous aussi ce matin : « m’aimes tu ? »  et il dit cela à Pierre qui l’a trahis trois fois alors que Jésus était jugé par le Sanhédrin. Le moins que l’on puisse dire est que Jésus n’est pas très rancunier.

c’est le coeur de votre relation à Jésus : il vous demande : « m’aimes tu ? »

Certes il vous demande de quoi manger, il vous invite à son repas, et là vous êtes au coeur du coeur, au pourquoi de tout, au secret d’une vie féconde : aimez vous Jésus ?

Jésus a dit à ses disciples juste avant sa passion : « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ! » (Jean 15,13).

Sur la croix, Jésus vous a montré qu’il vous aimait à ce point là : il vous a donné sa vie, vous êtes donc son ami ! Il vous aime de cet amour là, il est prêt à tout pour vous.

Et maintenant : vous l’aimez vous ?

Vous sentez bien que vous n’êtes pas à la hauteur;

peut etre d’abord parce que vous ne connaissez pas Jésus;

Peut être aussi, parce que vous essayez et que vous jugez votre amour bien fragile.

Je fais une hypothèse. Je vous ai rappelé que Jésus demandait à ses disciples sur la plage s’il avait de quoi manger, et si cette nourriture dont Jésus a besoin c’était l’amour de ses frères et soeurs ? L’amour des hommes ?

Le filet plein de poisson c’est la croix, c’est la profusion de l’amour de Dieu pour les disciples : je vous aime énormément, en voici la preuve, un filet plein comme jamais; je remplis votre coeur de joie, de paix, de douceur, de patience, d’amour, comme jamais.

Et vous m’aimez vous ? Vous qui êtes rassemblés ce matin, m’aimez vous ?

Il s’agit de votre Amen !

J’invite tout le monde à vous avancer pour dire à Jésus que vous l’aimez. De deux manières, en recevant en conscience dans vos mains la nourriture du repas, le pain de vie, le corps de Jésus ou si Jésus vous semble un inconnu, si vous ne vous sentez pas digne, en croisant vos bras sur vos épaules et en recevant la bénédiction du ministre.

Dans les deux cas vous répondrez amen ! Oui Seigneur je t’aime, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime.

 

Dieu vous aime et a besoin de votre amour. Dieu veut entrer dans une véritable amitié avec vous, relation non pas fondée sur la peur mais sur l’amour !

Cette relation passe par l’acceptation de donner à Dieu, donner du fruit de votre travail, donner de vous meme, donner votre amour et vous même. Dieu veut etre votre ami.

Cette relation s’épanouit et grandit par la participation au repas de famille, par la communion avec tous ceux qui aiment Jésus, c’est notamment la messe, où l’amour de Dieu vous est donné en plénitude et où vous en retour vous pouvez par votre Amen répondre, et donner de votre amour à Dieu.

Voulez vous donner à manger à Jésus ? Voulez vous l’aimer ?