Seigneur, augmente en nous la foi!

Homélie du dimanche 6 octobre 2019, par le père Nathanaël VALDENAIRE.

“Seigneur, augmente en nous la foi!”


 

“Seigneur, augmente en nous la foi !” Frères et sœurs, cette demande des apôtres elle pourrait être aussi la nôtre ce matin. N’avez-vous pas vous aussi le désir de grandir dans la foi, d’avoir une foi plus ardente, plus forte ?

Moi en tout cas j’aimerais bien que le Seigneur augmente ma foi car je vois bien qu’il y a des moments où je doute qu’il existe, où je doute que tout ce en quoi on croit soit vrai. Je vois bien que parfois j’ai la tentation de penser que peut-être on se trompe et qu’on passe à côté de la vraie vie. En général je me reprends rapidement ou bien le Seigneur m’envoie un petit signe, me fait vivre un événement ou rencontrer une personne qui me remet sur le chemin de la foi, et qui me fait à nouveau dire : “c’est bien vrai !” Mais je vois bien que j’ai des doutes et que j’ai bien besoin de demander au Seigneur : augmente en moi la foi. Peut-être vous aussi vous avez des doutes parfois, votre foi vacille ou est timide. Vous avez besoin que votre foi grandisse.

J’aimerais bien aussi que le Seigneur augmente ma foi car je me rends bien compte que dans certaines situations, je ne crois pas vraiment que Dieu peut agir… Dans certaines situations je ne vois que ma faiblesse, je suis centré sur mon incapacité et je ne compte pas vraiment sur l’action de Dieu à travers ma faiblesse… Par exemple vous voyez quand je dois prêcher ou parler ou faire tel ou tel activité, je vois bien que je manque de foi, que je ne m’en remets pas assez à lui, que je ne lui fait pas assez confiance. J’ai mon petit regard humain sur les choses mais je ne considère pas les choses dans la foi en comptant vraiment sur Dieu. Alors j’ai bien besoin que le Seigneur augmente en moi la foi. Peut-être que vous aussi vous voyez des situations dans vos vies où vous êtes comme transi par votre faiblesse, vous êtes dépassés par la difficulté, vous vous sentez incapables de réaliser ce que vous devez faire, où en fait vous ne comptez que sur vous et vous oubliez de compter sur Dieu, vous ne croyez pas vraiment qu’il peut agir à travers vos faiblesses.

J’aimerais bien aussi que le Seigneur augmente ma foi car je vois qu’il y a certaines choses dans ma vie ou dans celle des autres pour lesquelles je n’exerce plus la foi. Je me suis habitué à tel péché et en fait je ne crois pas vraiment que rien n’est impossible à Dieu et qu’il peut convertir mon cœur, qu’il peut me transformer. Ou bien dans une situation où à vue humaine une issue parait impossible je me rends compte que je ne crois pas assez que Dieu peut faire l’impossible, qu’il peut faire un miracle encore aujourd’hui : qu’il peut guérir une maladie grave, qu’il peut convertir le cœur de telle personne, qu’il peut empêcher un événement négatif, qu’il peut empêcher une loi inique de passer… J’ai besoin que le Seigneur augmente ma foi pour que je puisse prier avec audace et dans la certitude que Dieu entend et exauce. Peut-être que vous aussi vous avez besoin de cette foi plus audacieuse pour oser croire en l’action de Dieu dans ce qui a vue humaine semble foutu.

Dans ces différentes apparitions à travers le monde, Marie ne cesse de dire de prier avec foi, comme à Pontmain : “Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher”. Grâce à la prière de ce village les prussiens ne sont pas entrés dans Laval en 1871 et l’armistice a été signée une semaine après.

 

“Seigneur augmente en nous la foi” demandent les Apôtres et Jésus répond : “Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : ‘déracine toi et va te planter dans la mer’ et il vous aurait obéi.” Jésus répond à la demande des apôtres par une image paradoxale car la graine de moutarde, à son époque, était considérée comme la plus petite des graines, et l’arbre dont il parle, le sycomore, était réputé comme étant indéracinable. On a l’impression que la question n’est donc pas d’avoir une grande foi car même avec une toute petite foi on peut faire des choses apparemment impossibles. On n’a donc pas à évaluer notre foi, à savoir si elle est petite ou grande, mais à l’exercer cette foi, à agir en comptant non pas sur nous mais sur la puissance de Dieu. C’est lui qui agit, ce n’est pas nous avec notre foi, petite ou grande. C’est lui le maître et nous ne sommes que serviteurs appelés à exercer dans la foi ce qu’il nous demande de dire ou de faire.

C’est peut-être pour cette raison que Jésus raconte ensuite cette parabole sur les serviteurs. Il nous rappelle que nous ne sommes que de simples serviteurs, des serviteurs quelconques. Nous sommes des subalternes, le maître de l’action c’est lui. Nous sommes au service d’une œuvre qui nous dépasse complètement. Nous n’avons pas à porter la responsabilité du Royaume de Dieu et de l’œuvre qu’il veut accomplir dans le monde. Notre part c’est d’être de simples ouvriers dans sa vigne, des serviteurs de son action à lui. En fait cela ça doit nous rassurer et nous encourager. Il a choisi de nous prendre comme ses serviteurs mais le boss c’est lui et il nous appelle obéir à ce qu’il nous demande dans la confiance.

Il suffit donc d’un peu de foi, cela suffit à Dieu pour faire des miracles… Mais encore faut-il l’exercer cette foi, parler et agir comme de simples serviteurs qui disent et font ce que leur maître leur demande. Par exemple Jésus nous demande d’annoncer l’évangile, de chasser les démons et de guérir les malades en son nom. Est ce que nous le faisons ? Est ce que nous osons simplement obéir à ce commandement dans la foi en comptant non pas sur notre capacité à nous mais sur la puissance de Dieu qui peut tout accomplir ? … ex : congrès mission, ma guérison suite à parole d’autorité dans la foi.

Oui Seigneur donne nous cette foi du serviteur qui obéit à ta parole en sachant que c’est Toi le maître, en comptant sur ta puissance à toi.

Je vous propose maintenant un exercice de prière tout simple pour exercer la foi. On va tous ensemble si vous le voulez bien poser un acte de foi, exercer la foi.

Partenaire de prière du début de messe. Prier l’un pour l’autre. Vous pouvez remettre vos doutes, situation dans votre vie où en fait vous ne comptez pas vraiment sur Dieu ou pas assez, où vous vous dites je ne suis pas capable, ou bien c’est pas possible que telle chose change : une responsabilité à porter, une difficulté de couple, de famille, une épreuve, une maladie, …  Vous pouvez remettre des situations que d’autres vivent : maladie, deuil, chômage,… Vous pouvez remettre quelque chose à convertir en vous et où vous ne croyez pas vraiment en fait que Dieu puisse agir, vous transformez… Vous pouvez remettre une personne où vous vous dites que ce n’est pas possible qu’elle se convertisse…. peut-être quelqu’un que vous n’osez pas inviter au Dimanche Autrement…. ou bien quelqu’un que vous avez invité mais où vous vous dites “de toute façon viendra pas” , où vous ne comptez pas assez sur l’œuvre de Dieu pour qu’elle réponde positivement.

 

Avant que l’on prie, oraison du début de la messe : “dans ton amour inépuisable Dieu éternel et tout-puissant, tu combles ceux qui t’implorent, bien au-delà de leurs mérites et de leurs désirs ; répands sur nous ta miséricorde en délivrant notre conscience de ce qui l’inquiète et en donnant plus que nous n’osons demander.”