Qui sommes nous?

Du nord de la place Bellecour jusqu’à la place des Terreaux, 8 000 personnes habitent sur le territoire de notre paroisse dans le deuxième arrondissement de Lyon mais Saint-Nizier est, avant tout, un lieu de convergence. Une paroisse
où se rassemblent des chrétiens venus de toute l’agglomération lyonnaise pour prier, célébrer et avancer ensemble lors des eucharisties comme la messe des jeunes, et des temps forts comme la mission du 8 ou les Dimanches Autrement. Chaque paroissien est invité à suivre un chemin de conversion, c’est à dire se laisser transformer par la parole de Dieu. À la suite du Christ, la paroisse Saint-Nizier nous appelle à accueillir notre
prochain : tout femme et toute homme qui se présente sur le chemin de notre vie. Depuis 1996, la paroisse Saint-Nizier est confiée, en délégation, à la Communauté de l’Emmanuel : un mouvement d’Église qui nous aide à grandir dans la foi, les uns avec les autres et les uns par les autres, pour vivre et partager l’Évangile.

Père Hugues JEANSON

Père Hugues JEANSON

Curé de la paroisse

Le chemin de foi d’Hugues Jeanson prend sa source lors des Journées Mondiales de la Jeunesse à Paris. Le parcours de cet ingénieur originaire de Clermont-Ferrand, amateur de bandes dessinées et d’avions de chasse, l’entraînera alors à Namur pour une année de discernement avant de rejoindre Bruxelles et le séminaire. Ordonné prêtre en 2008, il a été nommé curé  de Saint-Nizier (prêtre responsable de la paroisse) en 2012.

 

 

 

Pour le rencontrer :

présent dans l’église le vendredi 17h-19h
pere.hugues@saintnizier.fr
04 72 41 18 06

(Confession possible en anglais)

Père Nathanaël VALDENAIRE

Père Nathanaël VALDENAIRE

Vicaire

Très jeune, Nathanaël Valdenaire a le désir de se donner totalement à Dieu. À 18 ans, il quitte ses Vosges natales pour effectuer deux années à l’Arche de Jean Vanier auprès des personnes handicapées : « Une période bénie pour avancer dans mon chemin vocationnel. » Nathanaël choisit alors de vivre sa vocation dans la communauté de l’Emmanuel. Il a été ordonné prêtre en 2014.

 

 

 

 

Pour le rencontrer:

présent dans l’église le jeudi 17h-19h
pere.nathanael@saintnizier.fr
04 72 41 18 08

Père Pierre-André CHEVAUX

Père Pierre-André CHEVAUX

Vicaire

Né en Normandie, il est le 5e d’une famille de 8 enfants et a suivi des études d’ingénieur à Toulouse. Très jeune, il se sent appelé à servir Dieu, puis c’est lors d’une mission via Fidesco en République Démocratique du Congo que la question vocationnelle refait surface. A son retour de mission, il intègre un poste d’ingénieur mais l’appel du seigneur est plus fort car il rejoint rapidement la Communauté de l’Emmanuel pour une année de discernement en Belgique, avant d’intégrer le séminaire St Irénée. Pierre-André a été ordonné prêtre cet été à Lyon après un an de diaconat dans notre paroisse. Sa mission de prêtre ? « Etre disponible et transmettre le Christ ».

Pour le rencontrer:

présent dans l’église le mercredi 17h-19h
pere.pierreandre@saintnizier.fr
04 72 41 18 09

Notre projet paroissial

Je découvre

Ils témoignent…

Je m’appelle Sacha-Samuel, j’ai 28 ans et je suis actuellement étudiant en anglais en préparation aux concours de l’enseignement.

Bien que ne venant pas d’un milieu religieux, j’ai toujours eu un intérêt pour les récits bibliques, mon regard sur l’Eglise dépendait des périodes et des ouï-dire. Très vite cependant, ce qui démarquait l’Eglise du reste est sa recherche de la beauté. Des peintures jusqu’aux cathédrales, toutes ces œuvres témoignent de cette recherche d’exprimer la grandeur par la beauté. La beauté ne répond pas à des besoins naturels, elle nourrit l’âme. Qu’est-ce que la beauté si ce n’est une harmonie du monde, une paix à laquelle le Christ nous appelle ?
La raison première de ma conversion est le besoin de sens, un besoin de vérité. Beaucoup diront qu’il n’y a pas qu’une vérité, que tout se vaut, que ce qui compte c’est l’individu et l’accomplissement de ses désirs et passions, ses rêves… mais pour mener à quoi ? Dans ma quête de la vérité, il m’est devenu impossible de me dire que la vie se résume à un vide qui se comble sommairement par succession de désirs ponctuels et éphémères. Par le Christ, un sens à l’existence se trace.
Depuis mon entrée en catéchuménat, j’ai entrepris de créer un rapport personnel avec le Christ afin qu’il rentre dans mon quotidien. Depuis un an et demi, ma foi est une flamme qui ne cesse de croître et qui illumine mes journées. Il est avec moi, dans la joie comme dans la souffrance. Il est mon berger et je suis heureux de faire un pas de plus vers lui par le sacrement du baptême.
« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père sinon par moi » Jn 14 : 6

Sacha-Samuel

Bâptisé à la vigile

Mon expérience avec Dieu était une évidence! Ma mère alors enceinte de moi, qui n’était pas de confession catholique, m’a raconté que pendant une visite familiale à Toulouse et sur les conseils de mes cousins, elle s’était rendue à Lourdes. C’est à la Grotte de Massabielle qu’elle aurait ressentie le besoin d’asperger d’eau du sanctuaire son ventre et aurait demandé à la Vierge Marie de me protéger, ce fut ma première rencontre avec Marie et mon premier appel. Depuis j’ai une dévotion particulièrement pour la Vierge Marie. Je suis d’origine asiatique notamment Laotien par ma Mère qui est bouddhiste et Vietnamien par mon père qui est de religion animiste. Je suis né à Décines Charpieu a la clinique Champ Fleuri. Je ressentais toujours le désir de fêter le 8 décembre sans savoir la réelle signification et j’ai toujours eu le désir de me rendre à la basilique de Fourvière. J’ai même réussi a décroché un emploi en tant qu’agent d’accueil. J’y ai trouvé un lieu paisible et serein avec des personnes bienveillantes et le mystère qui s’en dégageait, c’est alors que j’ai eu mon 2ème appel avec le Seigneur. Etant enfant j’ai toujours voulu que mes parents m’amènent à Fourvière. A mon adolescence mes parents me voulant une bonne éducation, m’ont scolarisé dans les établissements catholiques et j’étais frustré de ne pas assister au catéchisme proposé à l’aumônerie de l’école. Les discussions étaient parfois houleuses pour convaincre mon père de faire une autorisation qu’ il n’a jamais acceptée. Le 3ème appel fut à l’âge adulte pendant la fête du 8 décembre où je me suis égaré dans les rues de Lyon seul. C’est alors que j’ai découvert la paroisse St Nizier. J’ai alors demandé au secrétariat de la paroisse la démarche pour me faire baptiser. J’ai laissé plusieurs années s écoulée sans oser faire la demande , j’ai alors sollicité mon collègue de travail qui était catholique, il a alors appelé la paroisse qui a souhaité me rencontrer. C’est alors le début de mon cheminement avec Dieu suivi du parcours Alpha et ma rencontre entre frères et sœurs et mon entrée en catéchuménat le 21 janvier 2018.”

Saysana

Bâptisé à la vigile

Cette année aura été pleine de « premières fois ». Jʼai vécu mes premières messes, mes premiers cours de catéchisme, ma première communion et mon premier Paray ! En effet, je suis allée vivre ma première session avec la paroisse. Et cʼétait incroyable! Avant dʼaller vivre cette session, je vivais un vrai désert spirituel et je nʼétais pas dans les meilleures dispositions avant dʼarriver.
Cependant, en arrivant là-bas, jʼai été envahi par une vague dʼamour et de bienveillance. Je me suis sentie accueillie, tout le monde est très avenant, souriant et cela fait du bien ! À ce moment-là, jʼai vraiment ressenti la présence de Jésus au milieu de nous et de son cœur brûlant dʼamour pour nous tous.
Jʼai vécu pleins de beaux moments, notamment les temps de louanges où je me suis sentie vraiment portée et où jʼai réussi à mʼabandonner au Seigneur pour chanter sa louange.
Un autre temps fort de cette session aura été lʼadoration. Cʼest lors de lʼun de ces temps que jʼai réussi à écrire une lettre de réconciliation à ma grand-mère avec qui jʼétais fâchée depuis 6 ans. Jʼai réussi à lui dire tout ce que jʼavais sur le cœur, à lui dire à quel point elle avait pu me blesser pendant mon enfance tout en lui disant que jʼétais prête à la pardonner. Je lui ai envoyé cette lettre. Et à mon retour de Paray, elle mʼa appelé. Nous avons discuté et je suis allée lui rendre visite pendant une journée. Et cʼétait vraiment une très belle journée
avec elle. Je rends grâce à Dieu pour cette réconciliation, car cʼest Lui qui mʼa donné la force et les mots pour réussir à pardonner.

Clémence

Première session à Paray