Adoration

L’adoration eucharistique est un cœur à cœur avec Jésus. Dans le silence, elle nous permet de rejoindre le Christ, présent face à nous dans le Saint-Sacrement.

Dans l’hostie consacrée, nous reconnaissons la présence réelle de Jésus. Le temps de l’adoration nous permet de passer du temps avec lui, d’apprendre à mieux le connaître. Il est, en effet, compliqué de parler de Jésus ou de témoigner sans le connaitre. Dans l’adoration, nous prions le Christ pour le monde, pour nos proches et pour nous et recevons, en retour, la grâce d’une paix profonde.

La paroisse Saint Nizier propose l’adoration perpétuelle, une présence 24h/24 devant le Saint Sacrement dans la chapelle Pauline Jaricot (2, impasse Saint Nizier, derrière l’église). Une messe est célébrée pour les adorateurs tous les premiers jeudis du mois à 19h.

Vous êtes intéressé(e) ?

Venez prier librement dans la journée de 9h à 21h, et si vous voulez assurer un créneau de nuit inscrivez-vous auprès du secrétariat.

Pour accéder à la chapelle durant la journée, composez le code:

54321

Contacter le secrétariat

1 + 12 =

Les premiers jeudis du mois

Il vous est proposé de venir adorer dans la nuit du jeudi au vendredi  de 21h à 7h pour honorer le Sacré-Cœur de Jésus à travers l’Heure Sainte.

L’Heure Sainte consiste à passer, dans la nuit du jeudi au premier vendredi de chaque mois, une heure de prière uni au Christ dans le début de Sa passion, c’est-à-dire au Jardin des Oliviers.

Jésus, lors d’une de ses apparition à Ste Marguerite-Marie Alacoque, sœur visitandine du XVIIème siècle, lui dira : “Toutes les nuits du jeudi au vendredi, Je te ferai participer à cette tristesse mortelle que J’ai bien voulu souffrir au Jardin des Oliviers (…). Pour m’accompagner dans cette humble prière, que Je présenterai alors à mon Père, parmi toutes mes angoisses, tu te lèveras entre onze heures et minuit pour te prosterner pendant une heure avec moi (…) pour adoucir en quelque façon l’amertume que Je sentais de l’abandon de mes apôtres qui m’obligea à leur reprocher qu’ils n’avaient pu veiller une heure avec moi, et pendant cette heure, tu feras ce que Je t’enseignerai.”

Depuis, l’Église propose aux fidèles de venir prier l’Heure Sainte chaque premier jeudi du mois afin de s’unir à la Passion du Christ. Il s’agit donc en quelque façon de consoler le Cœur de Jésus en partageant l’angoisse de la solitude traversée à cette occasion.

Les premiers samedis du mois

Il vous est proposé de venir adorer la journée du samedi de 8h à 21h pour honorer la Vierge Marie.

En effet, en 1916, l’Ange  de la Paix apparait à 3 petits bergers portugais, Lucie, Jacinthe et François. Il se présente alors comme une invitation à l’adoration à Dieu. A genoux, le front jusqu’au sol, il invite les 3 enfants à l’adoration, celle qui transforme la foi en espérance et en amour : “Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et qui ne vous aiment pas.”

Puis, en 1917, alors que la Vierge Marie apparaissait pour la deuxième fois aux enfants, elle échangea avec Lucie les mots suivants : – Je voudrais vous demander de nous emmener au ciel.
– Oui, Jacinthe et François, je les emmènerai bientôt mais toi, tu resteras ici pendant un certain temps. Jésus veut se servir de toi afin de me faire connaître et de me faire aimer. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé.
– Je vais rester ici toute seule ? Demanda-t-elle avec peine.
– Non, ma fille. Tu souffres beaucoup? Ne te décourage pas, je ne t’abandonnerai jamais! Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu.
Ce fut au moment où elle prononça ces dernières paroles qu’elle ouvrit les mains et communiqua, pour la seconde fois, le reflet d’une lumière immense.  Devant la paume de la main droite de Notre Dame se trouvait un cœur, entouré d’épines qui semblaient s’y enfoncer. C’est à ce moment là que les petits bergers ont compris que c’était le Cœur Immaculé de Marie, outragé par les péchés de l’humanité, qui demandait réparation.»