04 72 41 18 05 contact@saintnizier.fr
Sélectionner une page
2ème dimanche de carême : 28/02/21

2ème dimanche de carême : 28/02/21

Homélie pour ce 2ème dimanche de carême – dimanche 28 février 2021, messe de 10h – par le père Nathanaël Valdenaire.

PREMIÈRE LECTURE

Lecture du livre de la Genèse (Gn 22, 1-2.9-13.15-18)

En ces jours-là,
Dieu mit Abraham à l’épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci
répondit : « Me voici ! »
Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en holocauste sur la montagne que je t’indiquerai. » Ils arrivèrent à l’endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y bâtit l’autel et disposa le bois ; puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur le garçon ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. » Abraham leva les yeux et vit un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils.

Du ciel, l’ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham. Il déclara : « Je le jure par moi même, oracle du Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance occupera les places fortes de ses ennemis. Puisque tu as écouté ma voix, toutes les nations de la terre s’adresseront l’une à l’autre la bénédiction par le nom de ta descendance. »

PSAUME

(115 (116b), 10.15, 16ac-17, 18-19)

R/ Je marcherai en présence du Seigneur
sur la terre des vivants.
 (114, 9)

Je crois, et je parlerai,
moi qui ai beaucoup souffert.
Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !

Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
moi, dont tu brisas les chaînes ?
Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce,
j’invoquerai le nom du Seigneur.

Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple,
à l’entrée de la maison du Seigneur,
au milieu de Jérusalem !

DEUXIÈME LECTURE

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains (Rm 8, 31b-34)

Frères,
si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il, avec lui, ne pas nous donner tout ? Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? Dieu est celui qui rend juste : alors, qui pourra condamner ?
Le Christ Jésus est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, il intercède pour nous.

ÉVANGILE

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 9, 2-10)

En ce temps-là,
Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmena, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus.
Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.

Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».

Homélie du 26ème dimanche du temps ordinaire – Père Nathanaël Valdenaire – 26 septembre 2020

Homélie du 26ème dimanche du temps ordinaire – Père Nathanaël Valdenaire – 26 septembre 2020

Homélie du 26ème dimanche du temps ordinaire, Année A (27 septembre 2020, 10h30), par le Père Nathanaël Valdenaire.

ÉVANGILE

« S’étant repenti, il y alla » (Mt 21, 28-32)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple :
    « Quel est votre avis ?
Un homme avait deux fils.
Il vint trouver le premier et lui dit :
‘Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.’
    Celui-ci répondit : ‘Je ne veux pas.’
Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla.
    Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière.
Celui-ci répondit : ‘Oui, Seigneur !’
et il n’y alla pas.
    Lequel des deux a fait la volonté du père ? »
Ils lui répondent :
« Le premier. »

Jésus leur dit :
« Amen, je vous le déclare :
les publicains et les prostituées
vous précèdent dans le royaume de Dieu.
    Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice,
et vous n’avez pas cru à sa parole ;
mais les publicains et les prostituées y ont cru.
Tandis que vous, après avoir vu cela,
vous ne vous êtes même pas repentis plus tard
pour croire à sa parole. »

Homélie : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé »

Homélie : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé »

Homélie du dimanche 10 mai 2020, par le père Nathanaël VALDENAIRE.

 

« Que votre coeur ne soit pas bouleversé », voici les paroles que Jésus dit à ses disciples le soir du jeudi saint. Ne serions-nous pas nous également bouleversé dans ce contexte ? Les disciples ont sans doute eu peur, qu’adviendra-t-il d’eux après la mort de Jésus pour qui ils ont tout quitté ...?

Nous aussi nous vivons peut-être dans la peur ou dans le déni de la réalité… Jésus est là et vous dit : « Que ton cœur ne soit pas bouleversé ! » En accueillant cette Parole du Christ nous accueillons la confiance. Elle est un cadeau pour nous personnellement mais également pour celles et ceux qui nous entourent, afin que nous puissions leur témoigner de cette Paix que Dieu seul donne par Jésus. Jésus nous appelle également à la foi « Croyez en Dieu, croyez aussi en moi ». Croyons que Dieu ne va pas vous laisser tomber, et que vous avez tous votre place réservée auprès de Jésus. Cette place est « dans la maison de mon Père » : que cette maison soit notre refuge, que le cœur du Père soit notre refuge. Jésus est le chemin, cette échelle nous menant au ciel, nous guidant au refuge. « Tu nous as fait pour toi Seigneur et notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose pas en Toi » (St Augustin)

Nous avons deux désirs véritables dans la vie :

  • Le désir de vivre
  • Le désir de Vérité

Jésus nous dit « moi je suis la Vérité et la Vie » il est ce que nous désirons le plus, ce que nous recherchons le plus. Jésus est le chemin nous conduisant à la Vie. Il est le chemin car il a pris notre humanité, lui qui est Dieu. Dieu est invisible mais Jésus par son incarnation a rendu visible Dieu, la vérité et la vie. En lui la vie éternelle se manifeste.

Renouvelons notre foi en lui, car lui seul est l’antidote à l’épidémie de la peur, aux mensonges et face news. Comment ? En nous approchant de lui ! Adorons-le, vénérons le, présentons lui nos peurs, nos soucis, nos doutes… Et dites-lui à haute voix : « Jésus tu es le Chemin, la Vérité et la Vie et tu me conduis au Père, je crois en Toi et je n’ai peur de rien car tu m’y conduis »