Intentions de prières

Intentions de prières

25 février 2021

Prions pour 2 nouveaux tout petits paroissiens arrivés sur terre !

  • Arthur, fils de Christophe et Marie-Astrid Richard.
  • Théodore, fils de François et Victoire Glénat.

25 février 2021

Prions pour le retour à Dieu de :

  • Madame Odile Croizat, 77 ans. Odile fut une paroissienne très engagée dans plusieurs services avec beaucoup d’humilité. Elle fut membre de l’EAP auprès du Père Éric Jacquinet, puis à la chorale avec son époux Bruno. Elle fut également au service du ménage de l’église. Elle a également fidèlement servi au petit-déjeuner Ozanam dont elle fut responsable auprès des plus démunis. Odile avait un don de transmettre sa foi profonde. Son engagement dans la discrétion a beaucoup marqué.
  • Madame Christiane Lagoutte, 78 ans. 

Une Messe sera célébrée à leur intention samedi 6 mars à 12h15 à l’église.

12 février 2021

Prions pour le père Nathanaël :

Suite à une chute malheureuse dimanche dernier, le père Nathanaël s’est fracturé une vertèbre.Un temps de repos et des soins médicaux de plusieurs semaines s’imposent pour lui permettre un bon et prompt rétablissement.

Confions-le au Seigneur pour qu’il traverse cette épreuve dans la paix, et qu’il guérisse totalement et sans séquelles. En cette fête de Notre-Dame de Lourdes, demandons à la Vierge Marie de l’entourer tout particulièrement de sa tendresse maternelle.

C’est l’occasion de confier à nouveau à notre prière toutes les personnes malades et éprouvées de notre famille paroissiale, ainsi que tous les membres du personnel soignant.

Notre-Dame de Lourdes, protégez notre père Nathanaël et tous nos malades !

5 février 2021

Prions pour:

  • Prions pour le père Charles Rochas qui part vivre sa retraite annuelle.
  • Yannis, Pascal et Jahid et l’ensemble des bénévoles de la mission Hiver Solidaire qui vivent depuis 1 mois dans les locaux paroissiaux.

  • En ce dimanche de la santé, prions pour tous les médecins et le personnel soignant, aumôniers et bénévoles en mission auprès des personnes malades : que Marie, Mère de compassion et de miséricorde soutienne leur foi et leur espérance pour prendre soin de tous dans un amour fraternel renouvelé.
  • Prions pour les pères de famille en cette année spéciale dédiée à saint Joseph : qu’ils soient le signe qui renvoie à une paternité encore plus haute, celle du Père céleste.

2 février 2021

Prions pour:

  • Marcelline Niyonsaba, Madeleine Saulnier, Marie-Christine Prudhomme, Christine Cattoir, Sophie Griffon et Yvette Gibert , soeurs consacrées sur la paroisse.
  • Alice Bréchignac, 21 ans, fille de Benoît et Solange. Alice se bat contre une leucémie. Nous pouvons la porter dans notre prière, elle, ses parents et ses 3 frères et sœurs qui se confient à notre prière.
  • Florence Givelet, épouse de Benjamin, arrivés sur la paroisse en septembre dernier. Ils sont parents de 5 enfants. Florence se bat contre un cancer du sein. Ils se confient tous ensemble à notre prière.
  • Josiane est la fille d’Émilie Texeira, paroissienne de très longue date. Josiane vient d’apprendre qu’elle a une leucémie. Émilie se confie, elle et sa fille, à notre prière.

01/02/2021

Intentions de prières de février :

Intention du Pape : Prions pour les femmes victimes de violence, afin qu’elles soient protégées par la société et que leurs souffrances soient prises en compte et écoutées.
 

Intentions de la paroisse :

Prions pour les personnes accueillies à la mission Hiver Solidaire et les bénévoles en mission auprès d’elles, que ton esprit de consolation panse leurs plaies et restaure en eux la vie.

Prions pour les jeunes en difficulté pendant cette pandémie : qu’ils découvrent dans leur cœur la force de Ton Amour pour avancer avec espérance dans la vie.

Pour les consacrées de notre paroisse ; qu’elles soient comblées de la bénédiction de Dieu dans leur travail à la venue de son règne.

29 janvier 2021

Prions pour:

  • Le père Charles Rochas qui part vivre sa retraite annuelle à partir de samedi prochain, 6 février.
  • les fiancés de la paroisse qui suivent le parcours « On s’aime… on s’engage? » en retraite ce week-end.

01/01/2021

Intentions de prières de janvier :

Intention du Pape :

Prions pour que le Seigneur nous donne la grâce de vivre en pleine fraternité avec nos frères et sœurs d’autres religions, en priant les uns pour les autres, ouverts à tous.

Intentions de la paroisse :

Prions pour nos gouvernants à la veille de l’examen du projet de loi de bioéthique. Que l’Esprit-Saint éclaire les consciences et les intelligences pour un juste discernement qui, en vérité, respecte et défende la vie humaine.

Prions pour les pères de famille en cette année spéciale dédiée à saint Joseph : qu’ils soient le signe qui renvoie à une paternité encore plus haute, au Père céleste.

Offrir une intention de messe

Toute Messe est célébrée pour l’Eglise et le monde entier. Mais le prêtre peut, à la demande des fidèles, ajouter une intention particulière : remercier Dieu, honorer la Vierge Marie, prier pour un défunt ou une famille, un malade, des jeunes mariés ou un nouveau baptisé…
La tradition, manifestée dès les premiers siècles de l’Eglise, est d’accompagner cette intention d’une offrande de Messe.
Cette offrande en argent n’est pas le paiement d’une célébration car une Messe n’a pas de prix. Il s’agit d’un acte de partage de la part des fidèles qui les associe plus particulièrement à la célébration et leur permet de contribuer aux besoins de l’Eglise et tout particulièrement des prêtres.
Ces intentions de prière sont généralement annoncées lors de la Messe. Mais, même si elles ne font pas l’objet d’une annonce, elles sont néanmoins portées dans la prière par le prêtre et la communauté chrétienne.
Dans le diocèse de Lyon, le montant de l’offrande de messe est fixé à 17 euros.

Il est également possible de confier ses intentions dans le cadre d’une neuvaine (neuf messes consécutives) avec une offrande de 170 euros ou d’un trentain (série de trente messes célébrées pour un défunt) avec une offrande de 500 euros.

Pour une offrande de messe en ligne via le diocèse : ICI

Pour faire célébrer une messe à une intention particulière, s’adresser à l’accueil au fond de l’église

Journées Découverte de la théologie du corps

Journées Découverte de la théologie du corps

L’Institut de la Théologie du Corps propose  les “Journées Découverte” présentant en une journée l’essentiel du grand message de la théologie du corps pour le monde d’aujourd’hui.

Présentation des “Journées Découverte”

Cette journée est donnée selon les dates soit uniquement en visioconférence, soit à la fois en visioconférence et en présentiel.

Elle comporte 5 exposés de 50 minutes suivis chacun de 20 minutes de questions-réponses avec les intervenants (2 exposés le matin, 3 exposés l’après-midi).

Intervenants :

Inès PELISSIE du RAUSAS,
Docteur en philosophie de l’Université de Paris-Sorbonne, professeur à l’Institut de Théologie du Corps

Yves Semen

Yves SEMEN,
Docteur en philosophie de l’Université de Paris-Sorbonne, président de l’Institut de Théologie du Corps

Programme des “Journées Découverte”

Les cinq exposés de la journée permettent d’accéder à la vision d’ensemble de la théologie du corps à travers ses articulations essentielles.

1 – Dans la lumière des « origines » : quelle révélation du sens de la sexualité ?

Dans la lumière de la « préhistoire théologique de l’homme » : la vocation du corps et de la sexualité

2 – Au cœur du vécu de la sexualité : échecs, insatisfactions, frustrations, perversions… Pourquoi ?

La condition de « l’homme historique » : la source et les formes de l’incompréhension du corps et de la sexualité.

3 – Mariage et célibat : opposition ou complémentarité ?

Le mariage et la virginité « pour le Royaume » dans la lumière de la résurrection : une commune vocation de la personne

4 – Le mariage chrétien : conformisme social ou voie de sainteté ?

Du mariage « sacrement primordial » au mariage « prototype des sacrements de la Nouvelle Alliance » : un renouvellement de la théologie du mariage.

5 – Le langage du corps : à subvertir ou à « relire » dans la plénitude de sa vérité ?

Du langage du corps détourné de sa finalité au langage du corps relu dans la lumière du plan de Dieu aux origines et dans la grâce de la Rédemption

Prochaines journées

6 mars

20 mars

10 avril

1er dimanche de Carême – 21/02/21

1er dimanche de Carême – 21/02/21

Homélie pour le 1er dimanche de Carême (dimanche 21 février 2021), par le père Charles Rochas.

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE Lecture du livre de la Genèse (Gn 9, 8-15)

Dieu dit à Noé et à ses fils :
« Voici que moi, j’établis mon alliance avec vous,
avec votre descendance après vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous : les oiseaux, le bétail, toutes les bêtes de la terre, tout ce qui est sorti de l’arche. Oui, j’établis mon alliance avec vous : aucun être de chair ne sera plus détruit par les eaux du déluge, il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre. »

Dieu dit encore : « Voici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à jamais : je mets mon arc au milieu des nuages, pour qu’il soit le signe de l’alliance entre moi et la terre.
Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre, et que l’arc apparaîtra au milieu des nuages,
je me souviendrai de mon alliance qui est entre moi et vous, et tous les êtres vivants : les eaux ne se changeront plus en déluge pour détruire tout être de chair. »

 

PSAUME

(24 (25), 4-5ab, 6-7bc, 8-9)

R/ Tes chemins, Seigneur,
sont amour et vérité
pour qui garde ton alliance.
 (cf. 24, 10)

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
ton amour qui est de toujours.
Dans ton amour, ne m’oublie pas,
en raison de ta bonté, Seigneur.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

 

DEUXIÈME LECTURE Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre(1 P 3, 18-22)

Bien-aimés,
le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair, mais vivifié dans l’Esprit. C’est en lui qu’il est parti proclamer son message aux esprits qui étaient en captivité. Ceux-ci, jadis, avaient refusé d’obéir, au temps où se prolongeait la patience de Dieu, quand Noé construisit l’arche, dans laquelle un petit nombre, en tout huit personnes, furent sauvées à travers l’eau.
C’était une figure du baptême qui vous sauve maintenant : le baptême ne purifie pas de souillures extérieures, mais il est l’engagement envers Dieu d’une conscience droite et il sauve par la résurrection de Jésus Christ, lui qui est à la droite de Dieu, après s’en être allé au ciel, lui à qui sont soumis les anges, ainsi que les Souverainetés et les Puissances.

 

ÉVANGILE Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 1, 12-15)

Jésus venait d’être baptisé.
Aussitôt l’Esprit le pousse au désert et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan.
Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient.

Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait :
« Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »

Carême 2021

Carême 2021

Le Carême est un temps de préparation de quarante jours à la fête de Pâques, cœur de la foi chrétienne, qui célèbre la résurrection du Christ.

Ces quarante jours  nous permettent de revivre avec le Christ au désert les quarante années de la marche des Hébreux vers la terre promise.

C’est la même expérience d’intimité avec Dieu que souhaite revivre toute la communauté des croyants, baptisés ou candidats au baptême, alors qu’elle se met en route vers Pâques.

Vie de la paroisse

Propositions extérieures

Pendant toute la période du Carême, la paroisse vous invite à venir prier et méditer le Chemin de Croix chaque vendredi à l’issue de la Messe de 12h15 dans l’église. 

En savoir plus : les stations du chemin de Croix de l’artiste Bruno Desorche 

Message du Pape pour le Carême 2021

Chers Frères et Sœurs,

En annonçant à ses disciples sa Passion, sa mort et sa résurrection, accomplissant ainsi la volonté de son Père, Jésus leur révèle le sens ultime de sa mission et il les appelle à s’y associer, en vue du salut du monde.

En parcourant le chemin du Carême, qui nous conduit vers les célébrations pascales, nous faisons mémoire de Celui qui nous a aimés « devenant obéissant jusqu’à la mort et la mort de la croix » (Ph 2,8). Dans ce temps de conversion, nous renouvelons notre foi, nous puisons « l’eau vive » de l’espérance et nous recevons le cœur ouvert l’amour de Dieu qui fait de nous des frères et des sœurs dans le Christ. Dans la Nuit de Pâques, nous renouvellerons les promesses de notre baptême pour renaître en hommes et femmes nouveaux par l’intervention du Saint Esprit. L’itinéraire du Carême, comme l’itinéraire chrétien, est déjà entièrement placé sous la lumière de la résurrection, qui inspire les sentiments, les attitudes ainsi que les choix de ceux qui veulent suivre le Christ.

Le jeûne, la prière et l’aumône, tels que Jésus les présente dans sa prédication (cf. Mt 6, 1-18) sont les conditions et les expressions de notre conversion. Le chemin de la pauvreté et du manque (le jeûne), le regard et les gestes d’amour vers l’homme blessé (l’aumône), et le dialogue filial avec le Père (la prière), nous permettent d’incarner une foi sincère, une vivante espérance et une charité active.

1. La foi nous appelle à accueillir la Vérité et à en devenir des témoins, devant Dieu et devant tous nos frères et sœurs.

Pendant ce temps du Carême, recevoir et vivre la Vérité manifestée dans le Christ c’est avant tout se laisser toucher par la Parole de Dieu et qui nous est transmise, de générations en générations, par l’Eglise. Cette Vérité n’est pas une construction de l’esprit qui serait réservée à quelques intelligences supérieures ou séparées. Elle est un message que l’on reçoit et que l’on peut comprendre grâce à l’intelligence du coeur ouvert à la grandeur de Dieu qui nous aime, avant que nous-mêmes en ayons conscience. Cette Vérité c’est le Christ lui-même, qui, en assumant pleinement notre humanité, s’est fait Voie – exigeante, mais ouverte à tous – conduisant à la plénitude de la Vie.

Le jeûne, vécu comme expérience du manque, conduit ceux et celles qui le vivent dans la simplicité du cœur à redécouvrir le don de Dieu et à comprendre notre réalité de créatures à son image et ressemblance qui trouvent en lui leur accomplissement. En faisant l’expérience d’une pauvreté consentie, ceux qui jeûnent deviennent pauvres avec les pauvres et ils « amassent » la richesse de l’amour reçu et partagé. Compris et vécu de cette façon, le jeûne nous aide à aimer Dieu et notre prochain car, comme Saint Thomas d’Aquin l’enseigne, il favorise le mouvement qui amène à concentrer l’attention sur l’autre en l’identifiant à soi-même (cf. Enc. Fratelli tutti, n. 93).

Le Carême est un temps pour croire, c’est-à-dire pour recevoir Dieu dans notre vie et pour le laisser “établir sa demeure” en nous (cf. Jn 14, 23). Jeûner consiste à libérer notre existence de tout ce qui l’encombre, même de ce trop-plein d’informations, vraies ou fausses, et de produits de consommation pour ouvrir la porte de notre cœur à celui qui vient jusqu’à nous, pauvre de tout mais « plein de grâce et de vérité » (Jn 1, 14) : le Fils du Dieu Sauveur.

2. L’espérance, comme “eau vive” qui nous permet de continuer notre chemin

La Samaritaine à qui Jésus demande à boire au bord du puit ne comprend pas lorsqu’il lui dit qu’il peut lui offrir une “eau vive” (Jn 4, 10). Au début, elle pense naturellement à l’eau matérielle. Mais Jésus parle de l’Esprit Saint qu’il offrira en abondance dans le Mystère pascal et qui nous remplira de l’espérance qui ne déçoit pas. Lorsqu’il évoque sa passion et sa mort, Jésus annonce déjà l’espérance en disant : « Le troisième jour, il ressuscitera » (Mt 20, 19). Jésus nous parle de l’avenir grand ouvert par la miséricorde du Père. Espérer, avec lui et grâce à lui, c’est croire que l’histoire n’est pas fermée sur nos erreurs, nos violences, nos injustices et sur le péché qui crucifie l’Amour. Espérer c’est puiser le pardon du Père de son Cœur ouvert.

Dans le contexte d’inquiétude que nous vivons, où tout apparaît fragile et incertain, parler d’espérance pourra sembler provocateur. Le temps du Carême est un temps pour espérer, pour tourner de nouveau le regard vers la patience de Dieu qui continue de prendre soin de sa Création, alors même que nous l’avons souvent maltraitée (cf. Laudato si’, nn. 32, 33, 43, 44). C’est l’espérance en la réconciliation à laquelle Saint Paul nous exhorte avec passion : « Laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2Co 5, 20). En recevant le pardon, dans le sacrement qui est au cœur de notre démarche de conversion, nous devenons, à notre tour, des acteurs du pardon. Nous pouvons offrir le pardon que nous avons-nous-mêmes reçu, en vivant un dialogue bienveillant et en adoptant un comportement qui réconforte ceux qui sont blessés. Le pardon de Dieu permet de vivre une Pâque de fraternité aussi à travers nos paroles et nos gestes.

Pendant ce Carême, appliquons-nous à dire « des mots d’encouragements qui réconfortent qui fortifient, qui consolent, qui stimulent » au lieu de « paroles qui humilient, qui attristent, qui irritent, qui dénigrent » (Enc. Fratelli tutti [FR], n. 223). Parfois, pour offrir de l’espérance, il suffit d’être « une personne aimable, […], qui laisse de côté ses anxiétés et ses urgences pour prêter attention, pour offrir un sourire, pour dire une parole qui stimule, pour rendre possible un espace d’écoute au milieu de tant d’indifférence » (ibid., n. 224).

Dans le recueillement et la prière silencieuse, l’espérance nous est donnée comme une inspiration et une lumière intérieure qui éclaire les défis et les choix de notre mission. Voilà pourquoi, il est déterminant de se retirer pour prier (cf. Mt 6, 6) et rejoindre, dans le secret, le Père de toute tendresse.

Vivre un Carême d’espérance, c’est percevoir que nous sommes, en Jésus-Christ, les témoins d’un temps nouveau, dans lequel Dieu veut « faire toutes choses nouvelles » (cf. Ap 21, 1-6). Il s’agit de recevoir et d’offrir l’espérance du Christ qui donne sa vie sur la croix et que Dieu ressuscite le troisième jour : « Soyez prêts à répondre à qui vous demande à rendre raison de l’espérance qui est en vous » (1P 3, 15).

3. La charité, quand nous la vivons à la manière du Christ, dans l’attention et la compassion à l’égard de chacun, est la plus haute expression de notre foi et de notre espérance.

La charité se réjouit de voir grandir l’autre. C’est la raison pour laquelle elle souffre quand l’autre est en souffrance : seul, malade, sans abri, méprisé, dans le besoin… La charité est l’élan du cœur qui nous fait sortir de nous-mêmes et qui crée le lien du partage et de la communion.
« Grâce à l’amour social, il est possible de progresser vers une civilisation de l’amour à laquelle nous pouvons nous sentir tous appelés. La charité, par son dynamisme universel, peut construire un monde nouveau, parce qu’elle n’est pas un sentiment stérile mais la meilleure manière d’atteindre des chemins efficaces de développement pour tous » (FT, n. 183).

La charité est don. Elle donne sens à notre vie. Grâce à elle, nous considérons celui qui est dans le manque comme un membre de notre propre famille, comme un ami, comme un frère. Le peu, quand il est partagé avec amour, ne s’épuise jamais mais devient une réserve de vie et de bonheur. Ainsi en fût-il de la farine et de l’huile de la veuve de Sarepta, quand elle offrit la galette au Prophète Elie (cf. 1R 17, 7-16). Ainsi en fût-il des pains multipliés que Jésus bénit, rompit et donna aux apôtres pour qu’ils les offrent à la foule (cf. Mc, 6, 30-44). Ainsi en est-il de notre aumône, modeste ou grande, que nous offrons dans la joie et dans la simplicité.

Vivre un Carême de charité, c’est prendre soin de ceux qui se trouvent dans des conditions de souffrance, de solitude ou d’angoisse à cause de la pandémie de la Covid-19. Dans l’impossibilité de prévoir ce que sera demain, souvenons-nous de la parole adressée par Dieu à son Serviteur : « Ne crains pas, car je t’ai racheté » (Is 43, 1), offrons avec notre aumône un message de confiance, et faisons sentir à l’autre que Dieu l’aime comme son propre enfant.

« Ce n’est qu’avec un regard dont l’horizon est transformé par la charité, le conduisant à percevoir la dignité de l’autre, que les pauvres sont découverts et valorisés dans leur immense dignité, respectés dans leur mode de vie et leur culture, et par conséquent vraiment intégrés dans la société » (FT, n. 187).

Chers frères et sœurs, chaque étape de la vie est un temps pour croire, espérer et aimer. Que cet appel à vivre le Carême comme un chemin de conversion, de prière et de partage, nous aide à revisiter, dans notre mémoire communautaire et personnelle, la foi qui vient du Christ vivant, l’espérance qui est dans le souffle de l’Esprit et l’amour dont la source inépuisable est le cœur miséricordieux du Père.

Que Marie, Mère du Sauveur, fidèle au pied de la croix et au cœur de l’Église, nous soutienne par sa présence prévenante et que la bénédiction du Ressuscité nous accompagne dans ce chemin vers la lumière de Pâques.

Donné à Rome, près de Saint Jean de Latran, 11 novembre 2020, mémoire de Saint Martin de Tours
François

Comment se préparer à parcourir le Carême 2021, en communion avec la communauté catholique ? La Conférence des évêques de France propose un parcours de Carême consultable sur smartphones et tablettes. Chaque jour, à partir du 17 février, un contenu pour prier, méditer, ou découvrir comment les communautés catholiques préparent la fête de Pâques.

Quelques propositions diocésaines durant le carême

Les conférences de carême

Dans le cadre du 5ème anniversaire de la parution de l’encyclique Laudato Si’, les conférences de carême ont pour thème : « Ecologie, une urgence humaine et spirituelle ? ».

Rendez-vous chaque dimanche du 21 février au 28 mars à 15h30 à la primatiale Saint-Jean-Baptiste. Les conférences sont à suivre en direct sur la chaîne YouTube du diocèse de Lyon.

conférences diocèse carême 2021

« Haut les cœurs ! » Faites du carême une thérapie cardiaque avec le sanctuaire de Paray.

Notre cœur est la clé qui permet un bon fonctionnement de tout notre être. Pourtant nous pouvons avoir un cœur brisé, un cœur atrophié, un souffle au cœur…

Pendant les 40 jours du Carême, le père Benoit Guédas et le Sanctuaire du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial nous invitent à prendre soin de notre cœur pour faire une véritable thérapie cardiaque. 

Le temps du carême est un temps providentiel. Entre le froid de l’hiver et les premiers rayons du soleil de printemps, la création revit, nos jardins non sans effort vont voir éclore le fruit d’un travail caché. Le carême ajoute à ce renouveau de la création l’appel à renouveler notre être.

Quels vont être nos points d’attention ? Que voulons-nous planter, cultiver en nous-mêmes ? Que désirons-nous voir germer au printemps ? Et si à travers des gestes extérieurs, nous visions finalement une cible intérieure ?

Le carême pour les chrétiens commence par un appel : « Revenez à moi de tout votre cœur, car je suis un Dieu de tendresse ». Il a pour point culminant la contemplation de Jésus crucifié dont le cœur est transpercé.

Faisons de ce carême une thérapie cardiaque. Nous pouvons avoir un souffle au cœur, un cœur brisé, un cœur atrophié… Pendant ces 40 jours, prenons soin de notre cœur.

« Rodrigue, as-tu du cœur ? »  (Corneille, le Cid) demande Don Diègue à son fils. Voilà une question que Dieu nous invite aujourd’hui à nous poser à nous-mêmes : As-tu du cœur ?

Lorsque Jésus dévoile son Cœur à Paray-le-Monial à sainte Marguerite Marie, c’est toute sa personne qu’Il révèle : ce qu’Il est au plus profond, sa nature véritable, son unité substantielle, et ce qui a fait toute sa vie sur terre, ses rencontres, ses sentiments, ses réflexions, ses souffrances et sa joie, sa fatigue et son exaltation.

Notre cœur de même est non seulement le lieu inviolable et caché où Dieu demeure, mais aussi ce qui constitue l’intégralité de notre personne, dans ses dimensions corporelles, affectives, psychologiques et spirituelles.

Se recentrer sur le cœur, c’est revenir à l’essentiel.

L’enjeu du carême est de ressusciter avec le Christ. Le cœur apparaît comme la clé qui permet un bon fonctionnement de tout notre être. Ressuscitons notre cœur dans toutes ses dimensions, pour passer d’un cœur de pierre à un cœur davantage semblable à celui de Jésus.

Revisitons tout au long de ces semaines notre cœur dans toutes ses dimensions pour avoir tous finalement un cœur 100 % « Divergent » (Véronica Roth) : à la fois fort et charitable, intelligent, juste et fraternel.

Intentions de prières

25 février 2021 Prions pour 2 nouveaux tout petits paroissiens arrivés sur terre ! Arthur, fils de Christophe et Marie-Astrid Richard. Théodore, fils de François et Victoire Glénat. 25 février 2021 Prions pour le retour à Dieu de : Madame Odile Croizat, 77 ans. Odile...

Journées Découverte de la théologie du corps

L'Institut de la Théologie du Corps propose  les “Journées Découverte” présentant en une journée l’essentiel du grand message de la théologie du corps pour le monde d’aujourd’hui. Présentation des “Journées Découverte” Cette journée est donnée selon les dates soit...

Carême 2021

Découvrez ici toutes les propositions paroissiales (horaires, temps spéciaux…) pour ce temps de carême ainsi que des propositions extérieures.

Hiver Solidaire : ils témoignent !

Découvrez les témoignages de Zaïd, Yanis, Claire, Pascal et Myriam !

Projet de loi bioéthique

Mardi 2 février, le Sénat entame l’examen en deuxième lecture du projet de loi bioéthique. Ce texte sociétal cautionne « un droit à l’enfant » avec notamment la PMA (Procréation Médicalement Assistée) sans père rendant la paternité optionnelle et bouleversant la...

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

La semaine de prière pour l’unité des chrétiens a lieu du 18 au 25 janvier 2021, sur le thème « Demeurez dans mon amour et vous porterez du fruit en abondance » (Jean 15,1-17).

Parcours Saint Marc

Un parcours de transformation spirituelle qui regroupe étude de l’Écriture sainte, formation et propositions concrètes d’actions.
Première rencontre le dimanche 17 janvier 2021 à 17h.

Confessions : semaine du 11 au 17 janvier 2021

La semaine du 11 au 17 janvier 2021, en raison de sa retraite annuelle, le Père Nathanaël Valdenaire ne pourra assurer ses permanences.

Le samedi 9 janvier : Dies natalis de Pauline Jaricot en l’église Saint-Nizier de Lyon

En ce moment, neuvaine à Pauline Une neuvaine à PaulineJaricot est organisée comme chaque début d’année par les OPM , avec la participation active de l’association des Amis de Pauline Jaricot, des groupes du Rosaire Vivant et des équipes du rosaire. Tous les jours...

Vœux 2021