04 72 41 18 05 contact@saintnizier.fr
Sélectionner une page
Homélie de la fête de la Sainte Trinité – Père Luc-Emmanuel Dupont – 12 juin 2022

Homélie de la fête de la Sainte Trinité – Père Luc-Emmanuel Dupont – 12 juin 2022

 Un Dieu Trinité, qu’est ce que ça change ?

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE

Lecture du livre des Proverbes
(Pr 8, 22-31)

Écoutez ce que déclare la Sagesse de Dieu :
    « Le Seigneur m’a faite pour lui,
principe de son action,
première de ses œuvres, depuis toujours.
    Avant les siècles j’ai été formée,
dès le commencement, avant l’apparition de la terre.

    Quand les abîmes n’existaient pas encore, je fus enfantée,
quand n’étaient pas les sources jaillissantes.
    Avant que les montagnes ne soient fixées,
avant les collines, je fus enfantée,
    avant que le Seigneur n’ait fait la terre et l’espace,
les éléments primitifs du monde.

    Quand il établissait les cieux, j’étais là,
quand il traçait l’horizon à la surface de l’abîme,
    qu’il amassait les nuages dans les hauteurs
et maîtrisait les sources de l’abîme,
    quand il imposait à la mer ses limites,
si bien que les eaux ne peuvent enfreindre son ordre,
quand il établissait les fondements de la terre.
    Et moi, je grandissais à ses côtés.

Je faisais ses délices jour après jour,
jouant devant lui à tout moment,
    jouant dans l’univers, sur sa terre,
et trouvant mes délices avec les fils des hommes. »

 

PSAUME

(Ps 8, 4-5, 6-7, 8-9)

R/ Ô Seigneur, notre Dieu,
qu’il est grand, ton nom,
par toute la terre !
 

À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui,
le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?

Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu,
le couronnant de gloire et d’honneur ;
tu l’établis sur les œuvres de tes mains,
tu mets toute chose à ses pieds.

Les troupeaux de bœufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux.

DEUXIÈME LECTURE

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains
(Rm 5, 1-5)

Frères,
    nous qui sommes devenus justes par la foi,
nous voici en paix avec Dieu
par notre Seigneur Jésus Christ,
    lui qui nous a donné, par la foi,
l’accès à cette grâce
dans laquelle nous sommes établis ;
et nous mettons notre fierté
dans l’espérance d’avoir part à la gloire de Dieu.
    Bien plus, nous mettons notre fierté
dans la détresse elle-même,
puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ;
    la persévérance produit la vertu éprouvée ;
la vertu éprouvée produit l’espérance ;
    et l’espérance ne déçoit pas,
puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs
par l’Esprit Saint qui nous a été donné.

 

ÉVANGILE

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
(Jn 16, 12-15)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire,
mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.
    Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité,
il vous conduira dans la vérité tout entière.
En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même :
mais ce qu’il aura entendu, il le dira ;
et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
    Lui me glorifiera,
car il recevra ce qui vient de moi
pour vous le faire connaître.
    Tout ce que possède le Père est à moi ;
voilà pourquoi je vous ai dit :
L’Esprit reçoit ce qui vient de moi
pour vous le faire connaître. »

Dimanche 6 décembre 2020

Dimanche 6 décembre 2020

Homélie du dimanche 6 décembre 2020, messe de 10h30 (deuxième dimanche de l’Avent) par le père Nathanaël Valdenaire.

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE (Is 40, 1-5.9-11)

Consolez, consolez mon peuple,
– dit votre Dieu –
parlez au cœur de Jérusalem.
Proclamez que son service est accompli,
que son crime est expié,
qu’elle a reçu de la main du Seigneur
le double pour toutes ses fautes.

Une voix proclame :
« Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ;
tracez droit, dans les terres arides,
une route pour notre Dieu.
Que tout ravin soit comblé,
toute montagne et toute colline abaissées !
que les escarpements se changent en plaine,
et les sommets, en large vallée !
Alors se révélera la gloire du Seigneur,
et tout être de chair verra
que la bouche du Seigneur a parlé. »

Monte sur une haute montagne,
toi qui portes la bonne nouvelle à Sion.
Élève la voix avec force,
toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem.
Élève la voix, ne crains pas.
Dis aux villes de Juda :
« Voici votre Dieu ! »
Voici le Seigneur Dieu !
Il vient avec puissance ;
son bras lui soumet tout.
Voici le fruit de son travail avec lui,
et devant lui, son ouvrage.
Comme un berger, il fait paître son troupeau :
son bras rassemble les agneaux,
il les porte sur son cœur,
il mène les brebis qui allaitent.

PSAUME (84 (85), 9ab.10, 11-12, 13-14)

R/ Fais-nous voir, Seigneur, ton amour,
et donne-nous ton salut.
 (84, 8)

J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ?
Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles.
Son salut est proche de ceux qui le craignent,
et la gloire habitera notre terre.

Amour et vérité se rencontrent,
justice et paix s’embrassent ;
la vérité germera de la terre
et du ciel se penchera la justice.

Le Seigneur donnera ses bienfaits,
et notre terre donnera son fruit.
La justice marchera devant lui,
et ses pas traceront le chemin.

 

DEUXIÈME LECTURE  (2 P 3, 8-14)

Bien-aimés,
il est une chose qui ne doit pas vous échapper :
pour le Seigneur,
un seul jour est comme mille ans,
et mille ans sont comme un seul jour.
Le Seigneur ne tarde pas à tenir sa promesse,
alors que certains prétendent qu’il a du retard.
Au contraire, il prend patience envers vous,
car il ne veut pas en laisser quelques-uns se perdre,
mais il veut que tous parviennent à la conversion.
Cependant le jour du Seigneur viendra, comme un voleur.
Alors les cieux disparaîtront avec fracas,
les éléments embrasés seront dissous,
la terre, avec tout ce qu’on a fait ici-bas, ne pourra y échapper.
Ainsi, puisque tout cela est en voie de dissolution,
vous voyez quels hommes vous devez être,
en vivant dans la sainteté et la piété,
vous qui attendez,
vous qui hâtez l’avènement du jour de Dieu,
ce jour où les cieux enflammés seront dissous,
où les éléments embrasés seront en fusion.
Car ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur,
c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle
où résidera la justice.
C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant cela,
faites tout pour qu’on vous trouve sans tache ni défaut,
dans la paix.

ÉVANGILE (Mc 1, 1-8)

Commencement de l’Évangile de Jésus,
Christ, Fils de Dieu.
Il est écrit dans Isaïe, le prophète :
Voici que j’envoie mon messager en avant de toi,
pour ouvrir ton chemin.
Voix de celui qui crie dans le désert :
Préparez le chemin du Seigneur,
rendez droits ses sentiers.

Alors Jean, celui qui baptisait,
parut dans le désert.
Il proclamait un baptême de conversion
pour le pardon des péchés.

Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem
se rendaient auprès de lui,
et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain,
en reconnaissant publiquement leurs péchés.
Jean était vêtu de poil de chameau,
avec une ceinture de cuir autour des reins ;
il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.
Il proclamait :
« Voici venir derrière moi
celui qui est plus fort que moi ;
je ne suis pas digne de m’abaisser
pour défaire la courroie de ses sandales.
Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ;
lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »

Homélie du 28ème dimanche du temps ordinaire – Dimanche 11 octobre 2020

Homélie du 28ème dimanche du temps ordinaire – Dimanche 11 octobre 2020

Homélie du dimanche 11 octobre 2020 – Messe de 10h30 – à l’occasion des Confirmations, par Monseigneur Patrick Le Gal.

ÉVANGILE

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus se mit de nouveau à parler aux grands prêtres et aux pharisiens, et il leur dit en paraboles :
« Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébra les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : ‘Voilà : j’ai préparé mon banquet, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez à la noce.’

Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent.
Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et incendia leur ville.
Alors il dit à ses serviteurs : ‘Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes.
Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.’
Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives.

Homélie : Heureux ceux qui croient sans avoir vu

Homélie : Heureux ceux qui croient sans avoir vu

Homélie du dimanche de la Miséricorde – dimanche 19 avril –  par le père Nathanaël Valdenaire;

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu »

Il nous faut du temps pour rentrer dans le mystère et la joie de la résurrection, pour certains plus que d’autres. Un peu comme Thomas, nous pouvons nous sentir « a coté »…

Jésus Ressuscité vient le premier jour de la semaine, le dimanche soir, mais Thomas n’est pas là… Alors 8 jours après quand Thomas est présent, Jesus revient afin qu’il puisse voir lui aussi Jésus ressuscité! Il nous faut comme Thomas du temps pour rentrer dans ce mystère… mais Jesus continue à se manifester à nous. Heureusement nous avons 50 jours de temps pascal ! 

Jésus vient alors que les disciples sont confinés, comme nous d’une certaine manière. Cette situation et cette peur n’empêchent pas Jésus de venir à leur rencontre…à notre rencontre!

Les apôtres sont des témoins occulaires de la vie, de la mort et de la résurrection de Jesus, c’est pour ça que Jésus vient. Il faut que Thomas le voit lui aussi ! Les apôtres sont ceux qui ont vu et qui rendent témoignage.

Nous, nous ne le verrons pas, nous n’avons pas accès à Jésus ressuscité par la vue. Notre foi ne repose pas sur la vision mais sur le témoignage des Apôtres et ce qu’ils ont mis par écrit. Notre foi vient de la Parole de Dieu que l’on entend.
Comme le dit saint Jean à la fin de son évangile :

« Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre.   Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu,et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom ».

Nous nous croyons au témoignage des apôtres qui eux ont vu le Réssuscité !

Ne cherchons donc pas des preuves dans les nuages, dans des miracles, des visions ou des apparitions. Ce qui est au fondement de notre foi c’est l’Ecriture Sainte ! Si nous voulons grandir dans la foi, il nous faut la lire, la relire et la méditer. Cette parole est vivante ! Elle a en elle la puissance de faire de nous des croyants !

La foi est un cadeau reçu au Baptême, et le fruit de ce cadeau, l’heritage promis c’est la vie éternelle, une vie où l’Amour est plus fort que la mort. Cette vie éternelle nous est donnée maintenant. Le signe qu’elle nous est donnée maintenant c’est la joie que donne la foi aujourd’hui : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! »

Saint Pierre le confirme dans la deuxième lecture :

« Aussi vous exultez de joie, même s’il faut que vous soyez affligés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d’épreuves ;  ellesvérifieront la valeur de votre foi qui a bien plus de prix que l’or, afin que votre foi reçoive louange, gloire et honneur quand se révélera Jésus Christ.   Lui, vous l’aimez sans l’avoir vu ; en lui, sans le voir encore, vous mettez votre foi, vous exultez d’une joie inexprimable et remplie de gloire, car vous allez obtenir le salut des âmesqui est l’aboutissement de votre foi. »

Les epreuves que nous vivons aujourd’hui ne doivent pas nous voler cette joie de la Foi.

Homélie : Je suis la résurrection et la vie

Homélie : Je suis la résurrection et la vie

Homélie du père Hugues Jeanson pour ce 5ème dimanche de carême.

Je suis la résurrection et la vie

Quelques notes :

Jésus est la résurrection et la vie

« Moi, je suis la résurrection et la vie. »

  • Pas de vie véritable sans Jésus
  • Vie offerte par Jésus aujourd’hui !

Comment ?

Passer d’un savoir, « oui je sais » à la foi, « oui je crois en toi ».

Comme Marthe, passer de :

« Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. »

à « Oui, Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde. »

  • Choisir Jésus comme le centre de ma vie, comme l’initiateur de ma vie; renaitre comme Jésus l’indique à Nicodème :

« Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. »

  • Choisir de tout lui remettre : mon travail, ma famille, mes enfants, ma santé, mes relations familiales, amicales, mon argent…

Ainsi TOUT pourra contribuer à mon bien ! Meme les difficultés, meme les conflits, meme la mort, meme la maladie…

Jésus donne moi la vie ! Jésus guérit moi de mes maladies ! Jésus sort moi de mon tombeau ! Je crois en Toi !

Jésus ne triche pas avec le monde, il le prend tel qu’il est

  • Dieu est venu habiter dans un monde cassé. Il en a souffert, cf il pleure devant le tombeau de Lazare.
  • Et il ne le transforme pas d’un coup de baguette magique.
  • La guérison opérée par Dieu n’est pas d’abord la santé du corps, mais la santé de l’Esprit, ie la liberté et la responsabilité. Voilà le fruit de la résurrection aujourd’hui dans ma vie.
  • Dieu veut que nous travaillons à la restauration du monde, à sa ré À notre propre rédemption, et à celle de l’humanité et du monde. Le pape François écrit au 217 de Laudato Si (jour 4, semaine 4) :

« Vivre la vocation de protecteurs de l’oeuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne »

Nous avons à nous engager pour que le monde aille mieux.

Jésus apprend moi à vivre dans ce monde cassé, à ne pas me réfugier dans le rêve, à prendre ma part pour que ce monde soit plus beau, plus humain;

Jésus vient au secours de mon découragement, de mon cynisme, de la critique qui habite mon coeur.

Jésus paye le prix

« Par elle le fils de l’homme soit glorifié » : ce n’est pas un spectacle. « je vais guérir le malade » ! Jésus va donner sa propre vie pour que nous vivions. Et ce don passera par la mort effective. Sortir Lazare de son tombeau n’est pas un tour de magie, cela procède d’un échange : Jésus meurt !

En 12,25 : « Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. »

Le dynamisme de la vie spirituelle est un dynamisme de don de soi, de mort à soi-même; la vraie vie consiste à la donner.

Jésus apprend moi à donner ma vie, que je connaisse la joie qui habite ton propre coeur.

Jésus est la résurrection et la vie.

Avec Lui, dès aujourd’hui, parce que je crois en Lui, je ressuscite et je vis la vie véritable qui vient de Dieu et que le monde ne peut pas donner. Il n’y a pas de vie sans Jésus, il n’y a pas de bonheur véritable sur terre sans Lui. Parce qu’il a vaincu la mort ! Et que sans Lui, nous vivons une vie de mort.

Choisissons Jésus comme le centre de notre vie : m’engager à lui donner ma vie; ça passe par des choses très concrètes:

Seigneur je te donne mes loisirs, mon travail, mon couple, l’éducation de mes enfants, mes parents, mon compte en banque, …