Homélie – dimanche 6 juin – Fête du Saint Sacrement – Père Pierre-André Chevaux

« Voulez-vous faire alliance avec Dieu ? »

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE

Lecture du livre de l’Exode
(Ex 24, 3-8)

En ces jours-là,
Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles du Seigneur et toutes ses ordonnances.
Tout le peuple répondit d’une seule voix : « Toutes ces paroles que le Seigneur a dites, nous les mettrons en pratique. »
Moïse écrivit toutes les paroles du Seigneur.
Il se leva de bon matin
et bâtit un autel au pied de la montagne,
et dressa douze pierres
pour les douze tribus d’Israël.
Puis il chargea quelques jeunes garçons parmi les fils d’Israël
d’offrir des holocaustes
et d’immoler au Seigneur des taureaux
en sacrifice de paix.
Moïse prit la moitié du sang
et le mit dans des coupes ;
puis il aspergea l’autel avec le reste du sang. Il prit le livre de l’Alliance
et en fit la lecture au peuple.
Celui-ci répondit :
« Tout ce que le Seigneur a dit,
nous le mettrons en pratique,
nous y obéirons. »
Moïse prit le sang,
en aspergea le peuple,
et dit :  » Voici le sang de l’alliance que,
sur la base de toutes ces paroles,
le Seigneur a conclue avec vous. »

 

PSAUME

(Ps 97, 2)

R/ J’élèverai la coupe du salut,
j’invoquerai le nom du Seigneur

Comment rendrai-je au Seigneur
Tout le bien qu’il m’a fait?
J’élèverai la coupe du salut,
j’invoquerai le nom du Seigneur.

Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !
Ne suis-je pas Seigneur ton serviteur
moi, dont tu brisas les chaînes ?

Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce,
j’invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple.

DEUXIÈME LECTURE

Lecture de la lettre aux Hébreux
(He 9, 11-30)

Frères,
le Christ est venu, grand prêtre des biens à venir.
Par la tente plus grande et plus parfaite,
celle qui n’est pas œuvre de mains humaines
et n’appartient pas à cette création,
il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire,
en répandant, non pas le sang de boucs et de jeunes taureaux,
mais son propre sang.
De cette manière, il a obtenu une libération définitive.
S’il est vrai qu’une simple aspersion
avec le sang de boucs et de taureaux, et de la cendre de génisse,
sanctifie ceux qui sont souillés,
leur rendant la pureté de la chair,
le sang du Christ fait bien davantage,
car le Christ, poussé par l’Esprit éternel,
s’est offert lui-même à Dieu
comme une victime sans défaut ;
son sang purifiera donc notre conscience
des actes qui mènent à la mort,
pour que nous puissions rendre un culte au Dieu vivant.
Voilà pourquoi il est le médiateur d’une alliance nouvelle,
d’un testament nouveau :
puisque sa mort a permis le rachat des transgressions
commises sous le premier Testament,
ceux qui sont appelés
peuvent recevoir l’héritage éternel jadis promis.

 

ÉVANGILE

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
(Mc 14, 12-16.22-26)

Le premier jour de la fête des pains sans levain,
où l’on immolait l’agneau pascal,
les disciples de Jésus lui disent :
« Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs
pour que tu manges la Pâque ? »
Il envoie deux de ses disciples en leur disant :
« Allez à la ville ;
un homme portant une cruche d’eau
viendra à votre rencontre.
Suivez-le,
et là où il entrera, dites au propriétaire :
“Le Maître te fait dire :
Où est la salle
où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?”
Il vous indiquera, à l’étage,
une grande pièce aménagée et prête pour un repas.
Faites-y pour nous les préparatifs. »
Les disciples partirent, allèrent à la ville ;
ils trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit,
et ils préparèrent la Pâque.

Pendant le repas,
Jésus, ayant pris du pain
et prononcé la bénédiction,
le rompit, le leur donna,
et dit :
« Prenez, ceci est mon corps. »
Puis, ayant pris une coupe
et ayant rendu grâce,
il la leur donna,
et ils en burent tous.
Et il leur dit :
« Ceci est mon sang,
le sang de l’Alliance,
versé pour la multitude.
Amen, je vous le dis :
je ne boirai plus du fruit de la vigne,
jusqu’au jour où je le boirai, nouveau,
dans le royaume de Dieu. »

Après avoir chanté les psaumes,
ils partirent pour le mont des Oliviers.

 

Parcours Saint Joseph pour les hommes

Parcours Saint Joseph pour les hommes

A l’occasion de l’année qui lui est consacrée, des pères de famille vous proposent 6 temps mensuels de découverte et de partage sur la figure de Saint-Joseph, en s’appuyant sur la lettre apostolique Patris Corde (lecture suivie)

 

Rendez-vous à la cure de 7h à 8h autour d’un café et d’un thème.
46 rue Edouard Herriot – 69002 Lyon
2ème étage

Dates des rencontres:
jeudi 6 mai : Un père dans la tendresse
– mercredi 9 juin : Un père dans l’obéissance
– mercredi 7 juillet : Un père dans l’accueil
– mercredi 8 septembre : Un père au courage créatif
– mercredi 6 octobre : Un père travailleur
– mercredi 10 novembre : Un père dans l’ombre

CONTACT : ngeorge76@yahoo.fr

Intentions de prières

Intentions de prières

Intentions de prières pour le mois de juin :

Intention du Pape :

« Prions pour les jeunes qui se préparent au mariage avec le soutien d’une communauté chrétienne : qu’ils grandissent dans l’amour, avec générosité et patience. »

 

Intentions de la paroisse:

  • Prions pour les enfants qui vont recevoir la Sainte Eucharistie ce dimanche 6 juin : qu’ils restent fidèles au don que Dieu leur fait.
  • Prions pour les paroissiens partis en pèlerinage en ce moi de juin à Lourdes et à Cotignac.
  • Confions les paroissiens dans l’épreuve : puisse la Vierge Marie exaucer la prière de notre famille paroissiale en les consolant, les fortifiant et guérissant les malades.

Intentions de prières pour le mois de mai:

Intention du Pape:

« Prions pour que les responsables financiers travaillent avec les gouvernements pour réguler le domaine des finances et protéger les citoyens contre ses dangers. »

 

Intentions de la paroisse:

  • Invoquons l’Esprit Saint en demandant la grâce d’être renouvelés dans notre esprit missionnaire, d’être dociles à Celui qui est Seigneur et qui donne la vie.
    • En ce moi de Mai, nous nous confions à Toi, Ô Marie, toi qui resplendis sur notre chemin comme signe de salut et d’espérance, ô clémente, ô miséricordieuse Vierge Marie.
    Offrir une intention de messe

    Toute Messe est célébrée pour l’Eglise et le monde entier. Mais le prêtre peut, à la demande des fidèles, ajouter une intention particulière : remercier Dieu, honorer la Vierge Marie, prier pour un défunt ou une famille, un malade, des jeunes mariés ou un nouveau baptisé…
    La tradition, manifestée dès les premiers siècles de l’Eglise, est d’accompagner cette intention d’une offrande de Messe.
    Cette offrande en argent n’est pas le paiement d’une célébration car une Messe n’a pas de prix. Il s’agit d’un acte de partage de la part des fidèles qui les associe plus particulièrement à la célébration et leur permet de contribuer aux besoins de l’Eglise et tout particulièrement des prêtres.
    Ces intentions de prière sont généralement annoncées lors de la Messe. Mais, même si elles ne font pas l’objet d’une annonce, elles sont néanmoins portées dans la prière par le prêtre et la communauté chrétienne.
    Dans le diocèse de Lyon, le montant de l’offrande de messe est fixé à 18 euros.

    Il est également possible de confier ses intentions dans le cadre d’une neuvaine (neuf messes consécutives) avec une offrande de 180 euros ou d’un trentain (série de trente messes célébrées pour un défunt) avec une offrande de 530 euros.

    Pour une offrande de messe en ligne via le diocèse : ICI

    Pour faire célébrer une messe à une intention particulière, s’adresser à l’accueil au fond de l’église

    Homélie Dimanche Sainte Trinité – 30 mai 2021 – Père Nathanaël Valdenaire

     

    LECTURES DE LA MESSE

    PREMIÈRE LECTURE

    Lecture du livre du Deutéronome
    (Dt 4, 32-34.39-40)

    Moïse disait au peuple :
    « Interroge donc les temps anciens qui t’ont précédé,
    depuis le jour où Dieu créa l’homme sur la terre :
    d’un bout du monde à l’autre,
    est-il arrivé quelque chose d’aussi grand,
    a-t-on jamais connu rien de pareil ?
    Est-il un peuple qui ait entendu comme toi
    la voix de Dieu parlant du milieu du feu,
    et qui soit resté en vie ?
    Est-il un dieu qui ait entrepris de se choisir une nation,
    de venir la prendre au milieu d’une autre,
    à travers des épreuves, des signes, des prodiges et des combats,
    à main forte et à bras étendu,
    et par des exploits terrifiants
    – comme tu as vu le Seigneur ton Dieu
    le faire pour toi en Égypte ?
    Sache donc aujourd’hui, et médite cela en ton cœur :
    c’est le Seigneur qui est Dieu,
    là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre ;
    il n’y en a pas d’autre.
    Tu garderas les décrets et les commandements du Seigneur
    que je te donne aujourd’hui,
    afin d’avoir, toi et tes fils, bonheur et longue vie
    sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu, tous les jours. »

    PSAUME

    (32 (33), 4-5, 6.9, 18-19, 20.22)

    R/ Heureux le peuple
    dont le Seigneur est le Dieu.
     (32, 12a)

    Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
    il est fidèle en tout ce qu’il fait.
    Il aime le bon droit et la justice ;
    la terre est remplie de son amour.

    Le Seigneur a fait les cieux par sa parole,
    l’univers, par le souffle de sa bouche.
    Il parla, et ce qu’il dit exista ;
    il commanda, et ce qu’il dit survint.

    Dieu veille sur ceux qui le craignent,
    qui mettent leur espoir en son amour,
    pour les délivrer de la mort,
    les garder en vie aux jours de famine.

    Nous attendons notre vie du Seigneur :
    il est pour nous un appui, un bouclier.
    Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
    comme notre espoir est en toi !

    DEUXIEME LECTURE

    Lecture de la lettre de Saint Paul aux Romains
    (Rm 8, 14-17)

    Frères,
    tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu,
    ceux-là sont fils de Dieu.
    Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves
    et vous ramène à la peur ;
    mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ;
    et c’est en lui que nous crions « Abba ! »,
    c’est-à-dire : Père !
    C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit
    que nous sommes enfants de Dieu.
    Puisque nous sommes ses enfants,
    nous sommes aussi ses héritiers :
    héritiers de Dieu,
    héritiers avec le Christ,
    si du moins nous souffrons avec lui
    pour être avec lui dans la gloire.

    EVANGILE

    Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu

    (Mt 28, 16-20)

    En ce temps-là,
    les onze disciples s’en allèrent en Galilée,
    à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
    Quand ils le virent, ils se prosternèrent,
    mais certains eurent des doutes.
    Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles :
    « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
    Allez ! De toutes les nations faites des disciples :
    baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,
    apprenez-leur à observer
    tout ce que je vous ai commandé.
    Et moi, je suis avec vous
    tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

    Homélie de Pentecôte – Père Nathanaël Valdenaire – 23 mai 2021

    LECTURES DE LA MESSE

    PREMIÈRE LECTURE

    Lecture du livre des actes des Apôtres
    (Ac 2, 1-11) 

    Quand arriva le jour de la Pentecôte,
    au terme des cinquante jours après Pâques,
    ils se trouvaient réunis tous ensemble.
    Soudain un bruit survint du ciel
    comme un violent coup de vent :
    la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière.
    Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu,
    qui se partageaient,
    et il s’en posa une sur chacun d’eux.
    Tous furent remplis d’Esprit Saint :
    ils se mirent à parler en d’autres langues,
    et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit.

    Or, il y avait, résidant à Jérusalem,
    des Juifs religieux,
    venant de toutes les nations sous le ciel.
    Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait,
    ils se rassemblèrent en foule.
    Ils étaient en pleine confusion
    parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte
    ceux qui parlaient.
    Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient :
    « Ces gens qui parlent
    ne sont-ils pas tous galiléens ?
    Comment se fait-il que chacun de nous les entende
    dans son propre dialecte, sa langue maternelle ?
    Parthes, Mèdes et Élamites,
    habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce,
    de la province du Pont et de celle d’Asie,
    de la Phrygie et de la Pamphylie,
    de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène,
    Romains de passage,
    Juifs de naissance et convertis,
    Crétois et Arabes,
    tous nous les entendons
    parler dans nos langues des merveilles de Dieu. »

     

    PSAUME

    (103 (104), 1ab.24ac, 29bc-30, 31.34)

    R/ Ô Seigneur, envoie ton Esprit
    qui renouvelle la face de la terre !

    Bénis le Seigneur, ô mon âme ;
    Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
    Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur !
    La terre s’emplit de tes biens.

    Tu reprends leur souffle, ils expirent
    et retournent à leur poussière.
    Tu envoies ton souffle : ils sont créés ;
    tu renouvelles la face de la terre.

    Gloire au Seigneur à tout jamais !
    Que Dieu se réjouisse en ses œuvres !
    Que mon poème lui soit agréable ;
    moi, je me réjouis dans le Seigneur.

    DEUXIÈME LECTURE

    Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates (Ga 5,16-25)

    Frères,
    je vous le dis :
    marchez sous la conduite de l’Esprit Saint,
    et vous ne risquerez pas de satisfaire les convoitises de la chair.
    Car les tendances de la chair s’opposent à l’Esprit,
    et les tendances de l’Esprit s’opposent à la chair.
    En effet, il y a là un affrontement
    qui vous empêche de faire tout ce que vous voudriez.
    Mais si vous vous laissez conduire par l’Esprit,
    vous n’êtes pas soumis à la Loi.
    On sait bien à quelles actions mène la chair :
    inconduite, impureté, débauche,
    idolâtrie, sorcellerie, haines, rivalité,
    jalousie, emportements, intrigues, divisions, sectarisme,
    envie, beuveries, orgies
    et autres choses du même genre.
    Je vous préviens, comme je l’ai déjà fait :
    ceux qui commettent de telles actions
    ne recevront pas en héritage le royaume de Dieu.
    Mais voici le fruit de l’Esprit :
    amour, joie, paix, patience,
    bonté, bienveillance, fidélité,
    douceur et maîtrise de soi.
    En ces domaines, la Loi n’intervient pas.
    Ceux qui sont au Christ Jésus
    ont crucifié en eux la chair,
    avec ses passions et ses convoitises.
    Puisque l’Esprit nous fait vivre,
    marchons sous la conduite de l’Esprit.

     

    ÉVANGILE

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
    (Jn 15, 26-27 ; 16, 12-15)

    En ce temps-là,
    Jésus disait à ses disciples :
    « Quand viendra le Défenseur,
    que je vous enverrai d’auprès du Père,
    lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père,
    il rendra témoignage en ma faveur.
    Et vous aussi, vous allez rendre témoignage,
    car vous êtes avec moi depuis le commencement.

    J’ai encore beaucoup de choses à vous dire,
    mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.
    Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité,
    il vous conduira dans la vérité tout entière.
    En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même :
    mais ce qu’il aura entendu, il le dira ;
    et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
    Lui me glorifiera,
    car il recevra ce qui vient de moi
    pour vous le faire connaître.
    Tout ce que possède le Père est à moi ;
    voilà pourquoi je vous ai dit :
    L’Esprit reçoit ce qui vient de moi
    pour vous le faire connaître. »

     

    SÉQUENCE

    Viens, Esprit Saint, en nos cœurs
    et envoie du haut du ciel
    un rayon de ta lumière.

    Viens en nous, père des pauvres,
    viens, dispensateur des dons,
    viens, lumière de nos cœurs.

    Consolateur souverain,
    hôte très doux de nos âmes,
    adoucissante fraîcheur.

    Dans le labeur, le repos ;
    dans la fièvre, la fraîcheur ;
    dans les pleurs, le réconfort.

    Ô lumière bienheureuse,
    viens remplir jusqu’à l’intime
    le cœur de tous les fidèles.

    Sans ta puissance divine,
    il n’est rien en aucun homme,
    rien qui ne soit perverti.

    Lave ce qui est souillé,
    baigne ce qui est aride,
    guéris ce qui est blessé.

    Assouplis ce qui est raide,
    réchauffe ce qui est froid,
    rends droit ce qui est faussé.

    À tous ceux qui ont la foi
    et qui en toi se confient
    donne tes sept dons sacrés.

    Donne mérite et vertu,
    donne le salut final,
    donne la joie éternelle. Amen.

    Homélie du 7ème dimanche de Pâques – Père Charles Rochas – 16 mai 2021

    Le paroissien du banc de devant…

    LECTURES DE LA MESSE

    PREMIÈRE LECTURE

    Lecture du livre des actes des Apôtres
    (Ac 1, 15-17.20a.20c-26)

    En ces jours-là,
    Pierre se leva au milieu des frères
    qui étaient réunis au nombre d’environ cent vingt personnes,
    et il déclara :
    « Frères, il fallait que l’Écriture s’accomplisse.
    En effet, par la bouche de David,
    l’Esprit Saint avait d’avance parlé de Judas,
    qui en est venu à servir de guide
    aux gens qui ont arrêté Jésus :
    ce Judas était l’un de nous
    et avait reçu sa part de notre ministère.
    Il est écrit au livre des Psaumes :
    Qu’un autre prenne sa charge.
    Or, il y a des hommes qui nous ont accompagnés
    durant tout le temps où le Seigneur Jésus a vécu parmi nous,
    depuis le commencement, lors du baptême donné par Jean,
    jusqu’au jour où il fut enlevé d’auprès de nous.
    Il faut donc que l’un d’entre eux devienne, avec nous,
    témoin de sa résurrection. »
    On en présenta deux :
    Joseph appelé Barsabbas, puis surnommé Justus,
    et Matthias.
    Ensuite, on fit cette prière :
    « Toi, Seigneur, qui connais tous les cœurs,
    désigne lequel des deux tu as choisi
    pour qu’il prenne, dans le ministère apostolique,
    la place que Judas a désertée
    en allant à la place qui est désormais la sienne. »
    On tira au sort entre eux, et le sort tomba sur Matthias,
    qui fut donc associé par suffrage aux onze Apôtres.

     

    PSAUME

    (102 (103), 1-2, 11-12, 19-20ab)

    R/ Le Seigneur a son trône dans les cieux.

    Bénis le Seigneur, ô mon âme,
    bénis son nom très saint, tout mon être !
    Bénis le Seigneur, ô mon âme,
    n’oublie aucun de ses bienfaits !

    Comme le ciel domine la terre,
    fort est son amour pour qui le craint ;
    aussi loin qu’est l’orient de l’occident,
    il met loin de nous nos péchés.

    Le Seigneur a son trône dans les cieux :
    sa royauté s’étend sur l’univers.
    Messagers du Seigneur, bénissez-le,
    invincibles porteurs de ses ordres !

    DEUXIÈME LECTURE

    Lecture de la première lettre de saint Jean
    (1 Jn 4, 11-16)

    Bien-aimés,
    puisque Dieu nous a tellement aimés,
    nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres.
    Dieu, personne ne l’a jamais vu.
    Mais si nous nous aimons les uns les autres,
    Dieu demeure en nous,
    et, en nous, son amour atteint la perfection.
    Voici comment nous reconnaissons
    que nous demeurons en lui
    et lui en nous :
    il nous a donné part à son Esprit.
    Quant à nous, nous avons vu et nous attestons
    que le Père a envoyé son Fils
    comme Sauveur du monde.

    Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu,
    Dieu demeure en lui,
    et lui en Dieu.
    Et nous, nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous,
    et nous y avons cru.
    Dieu est amour :
    qui demeure dans l’amour demeure en Dieu,
    et Dieu demeure en lui.

     

     

    ÉVANGILE

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
    (Jn 17, 11b-19)

    En ce temps-là,
    les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :
    « Père saint,
    garde mes disciples unis dans ton nom,
    le nom que tu m’as donné,
    pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.
    Quand j’étais avec eux,
    je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné.
    J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu,
    sauf celui qui s’en va à sa perte
    de sorte que l’Écriture soit accomplie.
    Et maintenant que je viens à toi,
    je parle ainsi, dans le monde,
    pour qu’ils aient en eux ma joie,
    et qu’ils en soient comblés.
    Moi, je leur ai donné ta parole,
    et le monde les a pris en haine
    parce qu’ils n’appartiennent pas au monde,
    de même que moi je n’appartiens pas au monde.
    Je ne prie pas pour que tu les retires du monde,
    mais pour que tu les gardes du Mauvais.
    Ils n’appartiennent pas au monde,
    de même que moi, je n’appartiens pas au monde.

    Sanctifie-les dans la vérité :
    ta parole est vérité.
    De même que tu m’as envoyé dans le monde,
    moi aussi, je les ai envoyés dans le monde.
    Et pour eux je me sanctifie moi-même,
    afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »