Un nouvel Archevêque pour notre Diocèse

Un nouvel Archevêque pour notre Diocèse

Mgr Olivier de Germay a été nommé archevêque de Lyon

Chers frères et soeurs,

J’ai la grande joie de vous annoncer que le pape François nomme aujourd’hui à midi Monseigneur Olivier de Germay, jusqu’à présent évêque d’Ajaccio, archevêque de Lyon.

Il a tenu à vous adresser personnellement un message.

« Chers frères et sœurs,
Le Pape François a choisi l’humble serviteur que je suis pour être à votre service à la tête de ce beau diocèse de Lyon. C’est dans la confiance en la grâce que j’ai dit oui ! Le Seigneur donne toujours la grâce de faire ce qu’il demande. Qu’il soit béni ! Dans cette assurance, je me présente à vous en ayant bien conscience d’avoir tout à découvrir de votre diocèse, mais aussi dans la joie de bénéficier d’une si belle vitalité ecclésiale ! Au milieu des difficultés rencontrées par notre société, mais aussi par l’Eglise, nous ne devons jamais oublier que « toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Evangile » (Ep 3,6). Quelle mission magnifique ! Comment ne pas être pleins d’espérance ? Nous faisons, certes, l’expérience de notre fragilité, personnelle et collective, mais « notre confiance est dans son Nom très saint ». Dans cette espérance, je vous dis ma joie de vous rejoindre bientôt à Lyon. Merci de prier pour moi.

Monseigneur Olivier de Germay
Archevêque de Lyon »

Vous trouverez sur le communiqué toutes les informations concernant notre nouvel archevêque et son installation. Les autres supports de communication seront mis en ligne sur le site du diocèse au fur et à mesure.

Avec vous dans la joie et l’action de grâce,

Monseigneur Emmanuel Gobilliard

Evêque auxiliaire, Diocèse de Lyon

MGR OLIVIER DE GERMAY RÉAGIT À SA NOMINATION

Journées du patrimoine 2020

Journées du patrimoine 2020

Ce weekend se déroulent les journées du patrimoine.
Venez décourvir notre très belle église. L’association  « Les amis de Saint-Nizier » sera présente pour vous offrir de nombreuses visites guidées.
Des paroissiens et nos prêtres seront également là pour vous accueillir, discuter, répondre à vos questions et vous parler de leur foi.

 

Notre patrimoine

L’église Saint-Nizier, qui a fêté son septième centenaire, est un monument historique : un exemple exceptionnel de l’architecture gothique flamboyante. Son histoire remonte au IIème siècle et aux origines mêmes de la chrétienté à Lyon et en Gaule. Pour promouvoir et mettre en valeur cet édifice existe l’association des Amis de l’église Saint-Nizier.

Mercredi des cendres

Mercredi des cendres

Le Mercredi des cendres, premier jour du Carême, est marqué par l’imposition des cendres : le prêtre dépose un peu de cendres sur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu.

Horaires des Célébrations:

Mercredi 26 février

12h15 à la Chapelle de l’Hotel Dieu

19h30 à Saint Nizier

On trouve déjà le symbolisme des cendres dans l’Ancien Testament. Il évoque globalement la représentation du péché et la fragilité de l’être. On peut y lire que quand l’homme se recouvre de cendres, c’est qu’il veut montrer à Dieu qu’il reconnaît ses fautes. Par voie de conséquence, il demande à Dieu le pardon de ses péchés : il fait pénitence.

Un symbole de renaissance

Tous, nous faisons l’expérience du péché. Comment s’en dégager ? Jésus nous apprend que nous serons victorieux du péché quand nous aurons appris par l’Evangile à remplacer le feu du mal par le feu de l’Amour. Car le feu qui brûle ce jour détruit d’abord mais, en même temps, ce feu éclaire, réchauffe, réconforte, guide et encourage.

La cendre est appliquée sur le front pour nous appeler plus clairement encore à la conversion, précisément par le chemin de l’humilité. La cendre, c’est ce qui reste quand le feu a détruit la matière dont il s’est emparé. Quand on constate qu’il y a des cendres, c’est qu’apparemment il ne reste plus rien de ce que le feu a détruit. C’est l’image de notre pauvreté. Mais les cendres peuvent aussi fertiliser la terre et la vie peut renaître sous les cendres.

Tout en le marquant, le prêtre dit au fidèle : « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ». L’évangile de ce jour est un passage de saint Matthieu – chapitre 6, versets 1 à 6 et 16 à 18 – qui incite les fidèles à prier et agir, non pas de manière orgueilleuse et ostentatoire, mais dans le secret de leur cœur :

Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que te donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais en secret.

Quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret.

Quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement du Père qui est présent dans le secret.

source: https://eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/la-celebration-de-la-foi/les-grandes-fetes-chretiennes/careme-et-paques/careme/371472-mercredi-des-cendres/

Vendredi : Chemin de Croix

Vendredi : Chemin de Croix

Chaque vendredi durant le carême, venez prier le chemin de Croix dans l’église à 12h15

 

Quel est le sens du Chemin de Croix ?

Depuis vingt siècles, la mémoire des dernières heures de la vie de Jésus a retenu l’attention de l’Eglise et la piété des fidèles a trouvé dans le chemin de croix un moyen d’exprimer sa dévotion en dehors de la liturgie proprement dite. Le Vendredi Saint, l’Eglise nous fait suivre le Christ pas à pas dans le combat qu’il a accepté de vivre pour nous racheter de nos péchés.

Le chemin de croix qui accompagne Jésus vers sa mort est une contemplation active qui veut aider chacun à entrer dans le mystère de l’amour de Dieu, manifesté en son Fils. D’autre part, dans l’intercession pour le monde tel que Jésus l’a vécu en s’offrant sur la croix, une telle démarche ne peut se faire que dans la perspective de sa Résurrection à Pâques. Le chemin de croix apparaît donc comme un pèlerinage « en esprit », c’est pourquoi il touche celui qui l’entreprend sous trois aspects, tant physiques que spirituels : la marche, la méditation et l’intercession.

La marche

Pour épouser les sentiments du Christ, il est nécessaire d’avancer pas à pas. Pour entrer dans les profondeurs de l’amour du Père, il faut qu’un chemin se creuse, de station en station. Le déplacement physique invite à un déplacement intérieur. Il s’agit de se laisser façonner par la marche, de suivre le Christ pas à pas, de nous laisser conduire sur le chemin qu’il emprunte, et non de le précéder. Il s’agit d’entrer plus profondément dans notre condition de disciple.

La méditation

Le pas à pas s’accompagne du mouvement progressif de la méditation qui nous invite à faire mémoire du chemin accompli par Jésus lui-même. L’Evangile est le fondement de cette méditation qui appelle le pèlerin à une découverte progressive de la miséricorde du Père, en même temps qu’il est invité en contemplant Jésus anéanti sous les coups de la Passion, à reconnaître en lui le Christ, Serviteur de l’amour du Père pour notre humanité.

L’intercession

Tout pèlerinage s’accompagne de prière. Dans le cadre du chemin de croix, la prière voudrait prendre en charge toutes les situations de souffrance, d’épreuve, de détresse, de mort que nous rencontrons autour de nous dans la vie quotidienne ; toutes les vies des hommes de ce monde que le Christ, dans son mystère pascal, a offertes au Père.

La pratique du Chemin de croix peut se faire de manière solennelle, communautaire et processionnelle ou de manière privée, au sein d’une église ou même en pleine ville.

Traditionnellement les Chemins de croix comptent 14 stations, aujourd’hui, on ajoute parfois une 15ème station, celle du tombeau vide qui relie ainsi, en finale, toutes les stations à la résurrection.

source : https://eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/la-celebration-de-la-foi/les-grandes-fetes-chretiennes/careme-et-paques/semaine-sainte-paques/370608-quel-est-le-sens-du-chemin-de-croix/

Père Pierre-André Chevaux

Né en Normandie, il est le 5e d’une famille de 8 enfants et a suivi des études d’ingénieur à Toulouse. Très jeune, il se sent appelé à servir Dieu, puis c’est lors d’une mission via Fidesco en République Démocratique du Congo que la question vocationnelle refait surface. A son retour de mission, il intègre un poste d’ingénieur mais l’appel du seigneur est plus fort car il rejoint rapidement la Communauté de l’Emmanuel pour une année de discernement en Belgique, avant d’intégrer le séminaire St Irénée.
Pierre-André a été ordonné prêtre cet été à Lyon après un an de diaconat dans notre paroisse.

Sa mission de prêtre ? “Etre disponible et transmettre le Christ”.

Rencontrez Père Pierre André les jeudis de 17h à 19h dans l’église Saint-Nizier (hors vacances scolaires)

Venez déposez un lumignon pour la Paix dès jeudi

Jeudi 6, vendredi 7, samedi 8 et dimanche 9 décembre 2018

A l’occasion du 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, les églises de Lyon ouvrent leurs portes. Pendant les 4 soirées de la fête des Lumières, et dans la cadre de la mission diocésaine, notre paroisse accueille tous ceux qui entrent dans l’église pour leur proposer des temps de prière et de recueillement ainsi que des démarches.

Pour connaître l’histoire du 8 décembre, cliquez ici.

Cette année, dans le cadre du centenaire de l’Armistice, sera proposée une illumination du coeur de l’église grâce au projet de Kalalumen et avec l’aide de la Fondation Saint Irénée : une grande colombe, symbolisant la paix.